janvier 2009


letroudeballedesactrices

Merci à l’ami Artemus pour la trouvaille !

Oren Lavie - Her morning elegance.

Comment font des grévistes à banderoles pour se rendre à une manif dans un centre-ville amputé de ses transports en communs ? Ils se rendent chez Hertz pour louer une voiture.

C’est fou comme cet échantillon restitue avec une exactitude déconcertante toute l’essence de la France moderne.

D’autre part, vous êtes priés de cliquer sur ce lien >>>.

recyclezhomo

Moi ce que je remarque dans "l’affaire Karoutchi", c’est combien tout cela est divertissant. De leurs propres aveux, plusieurs personnalités politiques ayant fait leur "coming out" ont agi de façon calculée. Pour s’attirer le bruissement médiatique, pour s’attirer les bonnes grâces des prêtres du Sympa, pour avoir l’air cool au milieu du chiant. Car la politique c’est chiant. C’est des mecs avec des cravates bleues qui portent des gros dossiers jaunes sous le bras, on les voit traverser des cours d’hôtels particuliers entre une voiture à vitres teintées et un perron XVIIIème sous les flashes des photographes de presse, ils font "blablabla" dans un hémicycle, parfois ils y font "houuuuu" en s’invectivant les uns les autres [dans ces cas-là ça passe au zapping], ils disent des choses pas très drôles.

Enfin bref, on comprend surtout que Karoutchi n’avait pas prévu que cela se sache maintenant. Il voulait attendre un moment propice, un moment stratégique où des choses chiantes engageraient des enjeux électoraux, et il serait apparu de façon soudaine au cœur de la campagne électorale, dans un halo de Sympa en forme de mandorle, et les gens – qui préfèrent s’identifier au Sympa plutôt qu’au Chiant – auraient donné leur voix pour sa candidature. Qu’il annonce à la terre entière qu’il est homosexuel n’est pas franchement d’une classe folle [si je puis me permettre], mais qu’il ait encore le culot de nous dire que l’intérêt de cette déclaration entrait dans une planification carriériste, c’est franchement minable. Et je ne vous parle pas de la complicité des media, lesquels auraient sauté sur l’occasion pour saturer Karoutchi de sollicitations Sympas et nous divertir absolument du réel.

C’est cynique, un Bisounours. C’est glaçant de calcul et de machiavélisme.

lescarsrouges1
La nouvelle voiture officielle du Président de la République.

Après avoir dévolu un ministère pour l’Identité Nationale [mars 2007], après avoir exprimé la volonté d’inscrire le patrimoine gastronomique français au répertoire de l’Unesco [février 2008], Nicolas Sarkozy souhaite aujourd’hui [janvier 2009] la création d’un grand musée de l’Histoire de France.

Comment expliquer le caractère profondément funèbre de tout cela ? Comment poser des mots clairs sur la mise à mort de tout ce que M. Sarkozy touche du doigt, comme une sort d’anti-Midas ? Comment faire comprendre que tous ces actes procèdent d’une même cohérence, d’une même volonté d’anéantissement du vivant au profit de l’embaumement ?

 Je vais prendre une comparaison. À partir du moment où vous écrivez une loi stipulant que le mariage unit un homme et une femme, vous révélez la mort programmée de l’institution du mariage, pour cette raison que les choses ne vont plus de soi. Personne ne s’est jamais demandé s’il était pertinent de parler du concept d‘hétérosexualité pour définir le mariage. Pas plus qu’on n’écrit aujourd’hui de loi stipulant que la bonne ingestion d’un steak au poivre passe par la mise en mouvement de ses mâchoires, ou que pour actionner une poignée de porte il faut étendre le bras vers celle-ci. Ces choses sont évidentes. Si elles n’apparaissent plus évidentes, c’est que le sens nous en est devenu pronfondément, ontologiquement étranger. Soit par une extinction/mutation des habitudes culturelles et des représentations du monde, soit par dysfonctionnement psychiatrique. Peut-être aussi d’un subtil mélange des deux.

Recourir à l’institution d’un ministère pour travailler à l’identification de l’Identité Nationale est au mieux un travail de thanatopracteur, au pire un commerce spirite. C’est la signature de l’acte de décès de la Nationalité. Cela signifie que l’appartenance au destin national n’est pas une exigence ordinaire partagée par tous ; et même que la proportion de personnes ne la partageant pas est devenu si significatif qu’il engendre la préoccupation en plus haut lieu. Le ministère de l’Identité Nationale n’est donc pas la solution à la déliquescence de la cohésion du peuple français, il est l’implacable aveu de l’échec à la réanimer. Rien de plus que de l’agitation.

Yazid Sabeg, commissaire à la Diversité et à l’Égalité des chances, estime que la France fonce tout droit vers l’apartheid et la guerre civile. Il n’a pas tort, mais cela fait un moment qu’on le sait et qu’on tire la sonnette d’alarme. Ce n’est pas nouveau. Et je ne comprends pas pourquoi les autorités républicaines s’en inquiètent puisqu’elles ont toujours désiré cet état de fait. Les uns parce qu’ils voulaient trouver des révolutionnaires de substitution pour poursuivre la lutte des classes faute de troupes prolétaires "de souche" motivées, les autres parce qu’ils pensaient que tous les individus de la terre voulaient et pouvaient devenir français par la simple obtention d’une autorisation de séjour ou d’une carte d’électeur, d’autres encore parce qu’ils croyaient en la coexistence heureuse de gens qui n’ont rien à se dire, voire que tout oppose sinon l’assignation à la redistribution des richesses dans le territoire de la République, etc… Comment voulez-vous réunir les conditions d’une même convergence des valeurs et des aspirations ? On ne fabrique pas de communauté pacifique quand on ne se reconnaît pas de semblables autour de soi. Un peuple n’est pas une somme de faits positifs enregistrés dans un espace administratif donné. C’est de la définition de sociologue soviétique, ça.

Pour s’épargner de souffrir la présence d’individus trop différents, indésirables, voire malveillants ; pour se protéger des conflits internes qui ruinent l’existence et le bien commun, tous les organismes vivants évolués font usage du territoire, c’est à dire de limites au-delà desquelles on abandonne toute vélléité de contrôle. On reconnaît à l’autre la légitimité d’un autre espace. Et on fait du sien ce qu’on veut. Il est d’usage de dire que les frontières provoquent des conflits et des injustices, on oublie de dire qu’elles sont aussi la garantie d’une paix réciproque en réunissant les communautés distinctes entre elles, de part et d’autre d’une ligne. C’est ainsi qu’en Allemagne on parle allemand d’un bout à l’autre de l’Allemagne et qu’on y mange des choses spécifiquement allemandes, c’est ainsi qu’en Pologne on parle polonais d’un bout à l’autre de la Pologne et qu’on y mange des choses spécifiquement polonaises, et qu’une simple ligne sur une carte autorise l’existence de deux Histoires distinctes. C’est élémentaire. Or on nous promet un monde sans frontières, on nous promet donc un monde où les conflits entre Argentins et Boliviens concerneront forcément les Inuits, les Italiens, les Coréens et les Australiens. Ah mais non, nous répond-on, puisque dans ce monde sans frontières il n’y a plus de nations sinon des citoyens du monde. Le réel prouve que les choses ne marchent pas ainsi, que des exilés de troisième génération continuent de vivre dans une revendication identitaire étrangère à la patrie d’adoption ; et que des "français de papiers" se sentent puissament concernés jusque dans leur chair par le destin d’Israëliens ou de Palestiniens, ou par l’évolution de l’équipe de football portuguaise, bien qu’ils soient tous installés en France depuis de longues années.

Combien de fois ai-je entendu dire que les bonnes pizzérias sont celles tenues par de véritables italiens ? On ne peut s’empêcher de préférer la pizzéria "Chez Luigi" à la pizzéria "Chez le Père Gérard". De trouver que la crêperie "Chez Boubacar Traoré" sera toujours moins authentique que celle de "Chez Yvonnic Le Guilloudec". Les identités sont profondément ancrées dans la nature des gens et dans les schémas de représentation. Si un jour j’apprends que le tenancier du kebab s’appelle Jean-Guillaume Edouard Foutredieu de la Yaourtière, vous ne m’empêcherez pas d’avoir un réflexe de surprise. Et si je vais faire un séjour dans un Club Med au Sénégal, vous ne m’empêcherez pas non plus d’être surpris – et même déçu – si je découvre que tout le personnel est chinois. Récemment, je consultais un catalogue de tourisme pour un pays scandinave, et bien au mépris du culte de la Représentativité de la Diversité, toutes les photos nous montraient des hommes et des femmes blonds. Ne suis-je pas navré de découvrir que ceux qui chantent les tubes d’Édith Piaf à l’accordéon dans le métro sont tous Roumains ? Et qu’il n’y a plus guère que les Roumains pour connaître par cœur le répertoire so french d’Édith Piaf ? C’est comme ça, on ne dissout pas les caractères humains dans l’utopie de la "citoyenneté mondiale". On attribue des authenticités indélébiles aux gens, même si ça paraît idiot ou infondé. Boubacar Traoré fait peut-être les meilleures crêpes du monde, les cars de touristes afflueront toujours en masse dans la taule d’Yvonic Le Guilloudec parce qu’il porte la barbe du Capitaine Haddock et le pull d’Éric Tabarly, et que le portrait de sa grand-mère en coiffe traditonnelle trône dans la salle. Ahmed Benzaoui a beau être né en France de parents français et de grands-parents naturalisés français, il ne peut s’empêcher de trouver que la cause palestinienne ou algérienne est plus importante à ses yeux que la cause européenne. Il n’a pas envie d’appartenir au Pays des Droits de l’Homme, et de prendre de la distance par rapport à ses racines. Et quelles nouvelles racines faire pousser dans un pays qu’on a sciemment voulu désincarné depuis 1793 ? Un positiviste dirait qu’Ahmed Benzaoui a le choix de prendre parti pour l’une ou l’autre des causes grâce à la liberté d’expression garantie par la République et à l’enseignement reçu à l’école publique, mais la réalité prouve qu’on s’attache toujours davantage à ceux qui nous ressemblent. C’est ainsi. Même si parfois cette ressemblance est complètement illusoire, j’en conviens. Ce n’est ni bien ni mal, c’est une vérité anthropologique avec laquelle il faut composer, c’est tout. Les messieurs et les demoiselles épousent les gens avec lesquels ils se trouvent des affinités, parce qu’ils savent plus ou moins consciemment qu’on ne bâtit rien sur le désaccord permanent. Ou alors l’un accepte de vivre dans la soumission à l’autre pour sauver le ménage – c’est à dire le sacrifice à l’intérêt supérieur –, pour le meilleur et pour le pire. Mais on n’épouse personne dans l’optique de vivre chacun de son côté.

Les ghettos ne se forment pas seulement pour des raisons d’exclusion et de discrimination qu’il faut réprouver, ils se forment aussi parce que les gens aiment se retrouver entre eux et jouir d’un mode de vie qui leur resssemble, à l’exclusion de tout autre. Les gens qui habitent les "quartiers sensibles" disent devant les caméras qu’ils vivent dans des conditions difficiles, mais ils sont ravis de trouver dans leur espace des boucheries halal, des salons de coiffure aménagés spécialement pour les femmes voilées, des pâtisseries orientales dans toutes les boulangeries, des piscines aux horaires aménagés, etc. sans être regardés de travers par des braves gens pour qui la burqa est une barbarie et qui ne savent pas prononcer correctement leurs noms et prénoms derrière les guichets de la Poste, et sans subir une plainte des voisins parce qu’ils font la fête toute la nuit à cause du ramadan. Souvenez-vous de ces émeutiers de banlieue qui réclamaient pour leur quartier que le personnel des transports en commun leur ressemble ! C’était il y a un an ou deux, et plus personne n’en a parlé depuis. Ce genre de phénomène devrait susciter un maximum de gamberge chez les sociologues, les politiciens, les journalistes, les antiracistes, mais on a acheté la paix civile en fournissant au dit quartier des chauffeurs de bus discriminés au faciès [oui, mais positivement discriminés hein, c'est à dire beaucoup moins gaulois que les précédents, pour mettre les pieds dans le plat] pour ne plus que les autres se fassent agresser, pour que le phénomène disolement dans le Même soit entretenu. Avec la bénédiction des progressistes multiculturels. Et M. Sabeg, commissaire à la Diversité et à l’Égalité des chances, c’est à dire "citoyen expert de ce qui le concerne" [Ségolène Royal], fronce les sourcils devant le spectre de l’apartheid ?

M. Sarkozy est aux yeux de certains un vilain fachiste élu avec les voix du FN, décidé à éradiquer la racaille, déportant les immigrés clandestins par millions, chassant les égorgeurs de moutons de baignoires, etc., mais la réalité est son exact contraire : son train de vie n’est guère celui d’un homme conservateur [hop je divorce, hop j'épouse une nightclubbeuse, hop je me fais photographier par un amateur de la jet-set devant le drapeau européen, hop je t'invite une palanquée de ministres de gauche dans le Gouvernement] ; la criminalité n’a pas régressé d’un iota [certes il y a trois-cent quarante flics par mètre carré autour des radars et des horodateurs, mais il n'y a plus personne pour vous défendre contre le viol, le racket, le braquage ou les bandes de "casseurs"] ; la France a gagné trois millions d’habitants en sept ans [avec une natalité inférieure au taux de renouvellement] ; le CFCM avec ses dizaines de permis de construire se porte à merveille, merci ; et les statistiques ethniques – c’est à dire l’hyperdiscrimination que dénonce M. Sabeg – ont un avenir grandiose tout tracé grâce aux idéologies antiracistes et à la Halde.

Mais revenons à nos moutons. Le patrimoine gastronomique inscrit à l’Unesco.

Clairement, c’est un acte de muséification, qui prouve que M. Sarkozy ne se sent absolument pas concerné par la gastronomie française. Il la considère comme un objet étranger à lui-même ; son inscription à l’inventaire du Patrimoine révèle combien M. Sarkozy en est le touriste.

Idem le Musée de l’Histoire de France. Ouvre-t-on un "Musée de l’Ipod" ? Non, on en fera un quand l’usage de l’Ipod sera caduc et pour bonne part indéchiffrable, définitivement étranger à nos usages. On fait des musées de la charrue ou de la locomotive à vapeur, parce que tout cela nous apparaît pittoresque. Et bien pour M. Sarkozy, l’Histoire de France est pittoresque. Elle n’est pas constitutive de son être et du sens qu’il met dans son action politique, il en est encore le touriste.

J’ai voté pour Ségolène Royal, par nihilisme. Mais je ne pensais pas que Nicolas Sarkozy puisse mettre à exécution une plus grande entreprise de mise à mort générale, avec une efficacité d’autant plus redoutable qu’elle avance sous les dehors crédibles d’une réhabilitation de la France, de son identité nationale, de sa cuisine, de son Histoire.

1967, autorisation de la pilule contraceptive. 1974, regroupement familial. 1975, légalisation de l’avortement. Une génération plus tard, l’Histoire de France entre au musée.

Chapitre un.

En Grande-Bretagne, les scientifiques ont obtenu l’autorisation de traiter les patients souffrant d’accidents vasculaires cérébraux [AVC] avec des injections de cellules souches provenant de fœtus avortés qui devaient jusque-là être incinérés. En injectant dans le cerveau des patients des cellules souches de fœtus âgés de douze semaines, les experts pensent que les cellules endommagées lors d’un AVC pourraient se régénérer et permettre aux malades de recouvrer l’ensemble de leur mobilité et de leurs facultés mentales. L’essai de deux ans, qui démarrera l’an prochain, consistera en l’injection de cellules souches chez quatre groupes de trois patients. Ces cellules seront développées en laboratoire, à partir de cellules de cerveaux de fœtus.
Source >>>

+++

Chapitre deux.

Daniel Gall a assisté au suicide de sa sœur. Il fustige l’association Dignitas.
"J’ai le sentiment que ma sœur est ‘mal morte’".
Dans son livre J’ai accompagné ma sœur, qui paraît aujourd’hui, le comédien Daniel Gall raconte le double suicide assisté de sa sœur aînée et de son mari qui l’ont choisi comme témoin. Son récit met en cause Dignitas, une association suisse qui propose aux étrangers une assistance au suicide.

Avez-vous hésité avant de publier vos notes sur le suicide de votre sœur et de son mari, dont vous avez été le témoin ?
Oui, mais il faut dire les choses et engager le débat. Je ne suis pas contre le suicide, mais dans le cas de ma sœur, j’ai vraiment le sentiment qu’elle est "mal morte".

Votre témoignage donne un aperçu terrible de l’association Dignitas qui propose une assistance au suicide des étrangers…
C’était un cauchemar. Le contexte faisait plutôt penser à un avortement dans les années 50. On se retrouve au beau milieu d’une zone industrielle, pris en charge par des manœuvres de service dans un local vraiment glauque où il n’y a même pas de toilettes. Il règne une atmosphère de clandestinité sordide. À une heure de la mort, on nous demande de signer un tas de papiers. On poireaute. Et après avoir été filmés en train d’assister à la mort de nos proches, nous sommes totalement livrés à nous-mêmes, abandonnés sans aucun suivi. On n’a même plus le droit d’aller voir les défunts dans la chambre. Et pour ce prix-là, ils pourraient au moins fournir un lit deux places.

L’activité de Dignitas vous paraît-elle motivée par l’appât du gain ?
Ils font du chiffre. C’est assez monstrueux. Ainsi, faute de place, deux jeunes qui voulaient se suicider ont pris la boisson létale dans leur voiture sur le parc de stationnement. Il n’y a aucune dignité là-dedans.

Vous dénoncez également la complicité des autorités qui ferment les yeux ?
Oui. Quand on appelle le consulat de France qui s’occupe de nous envoyer les urnes, les réponses sont vagues, fuyantes. Toute la procédure est entourée d’un flou désolant, pas du tout artistique. Et puis il y a autre chose. Ma soeur était atteinte de la maladie d’Alzeihmer. Mais mon beau-frère était en pleine forme et, intellectuellement, il avait gardé toute sa vivacité. Même si la loi en France était plus souple, on ne l’aurait pas laissé mourir.
Source >>>

+++

Chapitre trois.

AVERTISSEMENT : Ces deux vidéos dévoilent le nœud de l’intrigue du film "Soleil Vert" [1973]. Si vous ne l’avez pas encore vu, nous vous recommandons vivement de ne pas regarder ces vidéos, et de visionner le film dans son intégralité.

L’anniversaire de la mort de not’ bon Roi Louis ne doit pas nous faire oublier que les crimes révolutionnaires vont encore bon train  de nos jours. Les z-heures-les-plus-sombres-de-l’Histoire ne sont pas le copyright d’un quelconque temps révolu, mais une actualité brûlante.

Je garde une pensée particulière pour le peuple chinois, soumis au silence, aux camps de déportation, aux avortements forcés, à la loi de l’arbitraire, au mensonge d’État. Aux chrétiens chinois, condamnés à la clandestinité pour sauver leur peau.

Pour le peuple Hmong insoumis, traqué par les révolutionnaires chinois, laotiens et vietnamiens, obligé de vivre reclus dans la forêt dans des conditions abominables pour échapper au massacre ou à l’esclavage, et réduit au plus profond désespoir devant l’imminence de leur mort programmée.

Pour le peuple cambodgien, qui commence seulement maintenant à régler ses comptes avec les khmers rouges, lesquels ont fait plonger leur propre pays dans un des bains de sang les plus cruels du XXème siècle, au nom d’un Aufklärung que les communistes français ont encouragé.

Pour le peuple Nord-Coréen, vidé de toute chair et de toute âme par un régime révolutionnaire qui n’est ni une république, ni un gouvernement populaire, ni une démocratie [telles sont pourtant les dénominations officiels du régime], mais tout simplement le jouet martyrisé d’un gourou sadique et mégalomaniaque. Je prie pour que le jour de son ouverture, le pays ait la sagesse de ne point quitter une folie moderne pour une autre, comme adopter la Gay Pride pour trophée de la liberté regagnée.

Pour tous les peuples qui subissent la tyrannie révolutionnaire ou le totalitarisme progressiste, qu’ils soient sanguinaires ou idéologiques, sur tous les continents. Pour toutes les nations condamnées à la soumission ou à la mort ; condamnées à l’idolâtrie de la marchandise ou du Parti ; obligées d’adhérer aux cultes de la Mort maquillés en liberté ou en solidarité ; condamnées au néant spirituel de gré ou de force ; condamnées à la perpétuelle immanence d’un présent glorifié ; condamnées au deuil de leur propre identité et de leur propre histoire ; condamnées à n’être plus que la viande laborieuse d’une civilisation déicide.

Pour tous ceux que la barbarie moderne a meurtri et meurtrit encore dans l’âme et dans la chair. Noyés de Nantes, Cristeros mexicains, forçats de la Kolyma, disparus du Laogaï,… Parce que l’étincelle du 21 janvier 1793  provoqua une réaction en chaîne toujours ininterrompue à travers les années et les continents, chaque goutte du sang de Louis XVI en coûte en réalité des torrents au monde entier.

hmongs-laos-philipblenkinsop

+++

Mais ne nous trompons pas sur nos espérances. À quoi bon restaurer un trône si c’est pour l’entourer d’une foule hostile ? La reine d’Espagne ou le Grand-Duc de Luxembourg payent très cher leurs déclarations sur la moralité contemporaine, et de la part de leurs propres sujets ! Quant aux monarques britanniques, ils sont incapables d’enrayer l’islamisation qui pousse sur les ruines de leur propre démission. Le retour du Roi ne peut se faire qu’en emportant l’adhésion d’une véritable chevalerie, tout comme la République s’appuya sur ses hussards noirs pour emporter l’adhésion populaire. Mais l’héroïsme se fait rare, de nos jours.

anthropologie1

Vous avez écouté Daniel Mermet aujourd’hui ? Haha, un grand moment ! C’était la rediffusion d’un reportage au Musée du Quai Branly, qu’on appelle pudiquement le "Musée des Arts Premiers". Mermet, vous savez, le positiviste de gauche, le bouffeur de riches et de curés, le donneur de leçons de citoyenneté engagée et vigilante.  Bon et bien là, au milieu du Musée, accompagné d’amis africains plus ou moins sans-papiers [ça les rend plus crédibles], il a partagé l’indignation des ses potes de voir des pièces exposées au mépris de leur signification spirituelle et de leur identité culturelle traditionnelle, et s’est scandalisé de cette honteuse profanation qui portait atteinte au sens du patrimoine africain. Exemples, un fétiche très puissant "capable de fissurer les murs d’une maison", ou encore une statuette rituelle qui doit absolument être rendue interdite à la vue des femmes [pendant son office, celles-ci sont priées de se tenir recluses chez elles].

La prochaine fois, Daniel, on ira visiter ensemble un musée des Beaux-Arts et je te montrerai des collections de ciboires, de calices et de retables, et je te ferai part de mon indignation de voir ces pièces – initialement destinées au culte et à la dévotion – exposées comme de vulgaires pièces d’artisanat dans des vitrines payées par les impôts républicains et considérées comme des archéologies vides de tout usage. J’espère bien que tu n’éclateras pas de rire quand je te parlerai de ma superstition à moi, l’Incarnation et la Résurrection. C’est qu’il s’agit de ne pas offenser ma culture traditionnelle ancrée dans 1500 ans de transmission, tu comprends. Tu as pris avec tant de sérieux les croyances africaines qui te fissurent les murs de ta maison…

Ah oui, c’était rigolo aussi de l’entendre faire ce constat de vive voix : il n’y a pour ainsi dire aucun Noir dans tout le musée, bien qu’il soit pour bonne part dévoué à l’art africain. C’est à dire qu’il n’y a que des salauds de Blancs, ces enculés de racistes, pour venir s’intéresser à la culture de l’Autre. Croyez-le ou non, c’était vécu comme un reliquat colonial. Mépriser la culture extra-occidentale ? C’est typique de l’esprit colonialiste. Ouvrir un musée entier consacré aux arts extra-occidentaux [on dit "premiers", no comment], c’est encore une velléité colonialiste… Bon, on a compris, quoi qu’il fasse le Blanc est un colonialiste. Il vient en Afrique, c’est un colon. Il rentre chez lui, c’est encore un colon. Il vient apporter des sacs de riz dans le 4×4 de Kouchner, c’est toujours un colon. Il refuse des papiers aux Africains qui franchissent la Méditerranée, c’est toujours un colon.

+++

On nous a causé de la natalité française et ses mirobolants résultats [tout est relatif]. Tiens donc, on se réjouit que les femmes fassent des enfants, maintenant ? Bon, alors le canard gratuit du métro nous sort un mini-reportage dans un café parisien ultra bobo aménagé pour recevoir les poussettes des jeunes mamans ; genre les femmes qui font des gosses à Paris sont celles qui vont dans les cafés festivo-citoyens maternants avec chauffe-biberon recyclable à toutes les tables… Quelle connerie. Évidemment, on nous montre des gosses blondinets dans les articles de presse. C’est marrant, pour ne pas trop stimuler l’imagination débridée de leur lectorat, pour le coup ils ont évité le coup de la photo représentative-de-la-Diversité. Tout cela sent la trouille à plein nez.

+++

Dans un autre journal gratuit, on nous vendait le film "Slumdog Millionnaire". La légénde de la photo d’illustration : "Plusieurs acteurs sont directement issus des bidonvilles". Ça c’est de l’authentique, coco ! C’est du vrai terroir, avec des vrais morceaux de tiers-monde dedans. C’est pas du pipeau, il y a réellement des pauvres dans le film ! C’est du cinéma solidaire, donc c’est du bon cinéma. C’est social-réaliste. Toute ressemblance avec l’état d’esprit bolchevik est fortuite. J’espère qu’on lira au générique de Walkyrie que plusieurs acteurs du film sont réellement nazis. C’est qu’il s’agit d’être crédible !

Ça me fait penser à la connasse assise à côté de moi pendant la séance de "The good, the Bad, the Weird". Une espèce de post-hippie béate, qui ne pouvait pas s’empêcher de commenter le film toutes les cinq minutes. Bourrant du coude son "compagnon de vie" assis de l’autre côté, elle lui disait "Oh regarde ces beaux visages, ohlalala comme ils sont beaux ces hommes de la steppe, toutes ces couleurs, ohlala c’est beau". Pauvre conne, si ton voisin de palier avait la même tronche avec les mêmes dents pourries et les mêmes fringues décaties, tu serais la première à faire une moue dégoûtée et à lui balancer une piécette condescendante. Mais voilà, comme c’est des mecs qui habitent loin et qui ont des têtes de Huns, bah c’est facile de les trouver beaux et formidables, même édentés. Et si ton fuck-friend avait les mêmes chicots moisis, tu trouverais son charme plus authentique dans la beauté de son visage caucasien typique ? Bah non, tu l’enverrais fissa chez le dentiste. Poufiasse.

+++

J’ai vu passer un calembour foireux dans un journal : "Pas prêtre à tout pour une vocation". Encore un article de presse pour discréditer l’Église catholique ; c’est diablement couillu et follement original. C’est l’histoire d’un mec qui abandonne la prêtrise pour épouser une femme et faire des enfants, et qui le raconte dans un livre-témoignage. Vous connaissez la suite : il a été dupé, manipulé, forcé, obligé, menacé ; et au final la grande question est celle-ci : nom de Dieu de bon sang de bois, quand fera-t-on tomber l’obligation du célibat des prêtres ? En bonus, vous apprendrez que c’est à cause de cette crispation réactionnaire que les églises sont vides. Ben voyons. D’une part, ce n’est pas en vantant la coolitude et la modernité qu’on remplira les églises, d’autre part je trouve que ce monsieur commet là une grande faute de charité envers sa propre foi. Double erreur.

+++

Une synagogue a été couverte de tags en Seine Saint-Denis. Encore un coup des skinheads.

+++

Le CRAN a claqué son fric dans un aller-retour en avion pour faire venir… le sosie officiel d’Obama. Dans un pays normal, tout le monde aurait dû se tordre de rire devant tant de grotesque [après avoir considéré avec gravité le montant du pognon passé par la fenêtre], mais nous ne sommes plus dans un pays normal. Le but : tourner une vidéo de propagande contre la diskriminassion, mettant en scène des enculés de flics blancs racistes en train de faire un contrôle d’identité au président des États-Unis d’Amérique qui passait par là par hasard en faisant son jogging. Pas du tout débile, donc, puisque tout le monde a applaudi. Plus c’est crétin, plus les gens acquièscent. Y a-t-il encore un cerveau en état de marche dans la salle ?

+++

Un autre article de presse évoquait une série de scandales sanitaires à venir sur une bonne page. Dans la liste : l’amiante, Tchernobyl, le vaccin anti-hépatite B. Rien ne mentionnait une prochaine affaire de sang contaminé. Pourtant, la veille dans le même journal, un collectif LGBT se scandalisait du fait que les homosexuels soient toujours exclus du don du sang, et qu’il était question que cette discrimination cesse dans les plus brefs délais. Je vous rappelle que cette interdiction est basée sur une prudence extrêmement simple : les homosexuels, de par leur vie sexuelle, concentrent beaucoup plus de chances de véhiculer des maladies infectieuses, chiffres indiscutables à l’appui.
Vous savez à présent de quoi parlera le prochain scandale sanitaire. Il sera directement lié à l’idéologie citoyenne, contre toute intelligence élémentaire.

 anthropologie2

Il y en a encore un ici >>> !

champignon

Ici >>>

fightclubbob

Il y a une nouvelle boutique dans le quartier. Le taulier s’appelle Pirluit. Elle n’est pas encore vraiment ouverte mais la vitrine en cours donne envie de repasser >>>.

Je me souviens, il y a quelques années, je m’inquiétais sincèrement de voir disparaître les premiers blogs "réacs". Je me souviens d’un certain Noval, notamment, qui a disparu corps et bien. Ou encore d’une certaine Kouka, qui était aussi sympathique que spirituelle. Il y avait aussi les facétieux gars du Palindrome, pas vraiment "réacs" mais un peu quand même. Finalement, l’extinction n’a pas eu lieu, et c’est même le contraire qui s’est produit, et qui continue de se produire. Régulièrement, de nouveaux blogs de résistance à la connerie apparaissent, prouvant qu’une grande part de la population des Territoires Modernes n’est absolument pas dupe du désastre, de la convergence des catastrophes vers laquelle nous fonçons toujours plus vite. Des tas de gens se navrent de l’indistinction généralisée qu’on veut nous faire gober. Des tas de gens sont consternés par l’idéologie de l’abolition des différenciations dont on nous gave. Je me souviens des premiers mots de l’ami Zorglub quand il a ouvert son blog : le gris a gagné. Il revenait en France après un très long séjour à l’étranger, le retour fut très très dur. Et pas seulement parce qu’il n’avait jamais entendu parler du groupe Indochine pendant tout ce temps.

Au milieu du mensonge permanent, de la dissimulation des chiffres et des faits, de la déformation sémantique délibérée, de la volonté d’annihilation terminale du monde chrétien, il est heureux de constater combien ceux qui choisissent de résister le font parce qu’ils se trouvent des fondations solides qu’ils ne se connaissaient pas jusqu’alors. Dites-moi si je me trompe, mais j’ai l’impression qu’une bonne frange de la réacosphère est composée de born again.

Voilà, mais je ne sais pas pourquoi je raconte ça, on va encore me prendre pour un vieux con qui a fait Gergovie.

agecanonix

 

Les Frères Carambar [les rois de la blague] ont encore frappé. C’était le 29 décembre 2008 mais je n’en avais pas encore pris connaissance :

"Les Obédiences maçonniques signataires [Grand Orient de France, Fédération Française du Droit Humain, Grande Loge Féminine de France] tiennent à exprimer toute leur indignation et leur réprobation devant l’incendie d’une salle de prière musulmane à Saint-Priest et la profanation, début décembre, de plusieurs centaines de tombes des carrés musulman et israélite du cimetière de Notre-Dame-de-Lorette près d’Arras.

Ces actes ignobles portent très gravement atteinte à la liberté de conscience et au libre exercice du culte garantis au sein de la République française par la loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État.

Refusant leur banalisation, les Obédiences maçonniques signataires dénoncent la multiplication au cours des derniers mois, de ces actes de vandalisme qui, lorsqu’ils ne sont pas le reflet de la bêtise la plus lamentable, dénotent la persistance dans notre pays de l’antisémitisme, du racisme et de la xénophobie.

Les Francs-Maçonnes et les Francs-Maçons des Obédiences signataires rappellent leur attachement intangible au principe de laïcité comme socle du pacte républicain assurant la pleine liberté de conscience pour tous les citoyens.

Ils réaffirment l’absolue nécessité d’avoir un espace neutre, porteur de dialogue, de compréhension et d’échange défini par cet espace laïque."

Houhouhou Hahahahaha Hohohoho. On attend avec impatience les prochains communiqués qui s’indigneront contre les actes de vandalismes qui, lorsqu’ils ne seront pas le reflet de la bêtise la plus lamentable, dénoteront la persistance dans notre pays de l’anticléricalisme et de l’antichristianisme les plus primaires. Sachez, chers lecteurs, que les actes de vandalisme et de profanation les plus courants sont commis à l’encontre d’églises ou de cimetières chrétiens, et qu’il s’en produit deux à trois chaque semaine en moyenne. Dans l’indifférence générale, bien entendu. Bon, mais il faut lutter contre la banalisation de ces actes, n’est-ce pas ?

Concrètement, la liberté de conscience consiste à trouver la Diversité merveilleuse – le voile, quelle belle coutume ! les horaires de piscine non-mixtes, quel progrès ! la fête de l’Aïd, quelle flamboyance multiculturelle ! le marché du halal en pleine explosion, quelle belle ouverture d’esprit ! le ramadan, quelle formidable leçon d’humanité et de joie de vivre ! – et à détester le plus violemment possible tout ce qui concerne l’héritage chrétien et son actualité vivante – la Marche pour la Vie, quelle initiative rétrograde ! les décorations de Noël, quelle scandaleuse atteinte à la laïcité ! la visite du Pape, quelle insulte au Pays-des-Droadlom ! le mariage hétérosexuel, quelle entrave à la liberté des individu-e-s ! le repos dominical, encore un coup de l’Opus Dei pour manipuler les braves gens ! les anti-euthanasie, quelle bande d’obscurantistes !

La Laïcité, tenez-vous le pour dit, c’est tout sauf le christianisme ; ou plus exactement n’importe quoi, mais pas le christianisme. Il y flotte un parfum de panique, une envie pressante de substituer la chrétienté par la volonté violente d’un autre surnaturel faute de pouvoir escamoter purement et simplement la foi et son œuvre. Le camp du Progrès en flagrant délit d’alliance contre son propre camp. Nous rirons encore davantage quand leurs rangs seront cernés de près d’un côté par les barbus [la liberté de conscience acceptable parce qu'elle est de la Diversité] et de l’autre par les LGBT [la liberté de conscience parce qu'elle "fait tomber les tabous"] ; nous verrons s’étriper les partisans de la polygamie [et pourquoi pas, c'est tellement beau toute cette culture qu'apporte l'Autre] et les féministes transgenres à godemichets fluos qui hurleront contre l’inégalité homme/femme et l’excision. Au milieu, les Frères Carambar et les rejetons légitimes de leur rationnalisme humaniste.

Les uns déguiseront la Tour Eiffel en Tampax géant pour lutter contre le sida et la faim dans le monde [initiative de l'ONU et du Conseil Européen], les autres prononceront une fatwa républicaine contre cette offense à la pureté des femmes [émise en toute légalité par le CFCM]. Les uns exhiberont leurs enfants Engrossés Pour Autrui sur les chars de la Gay Pride [subventionnée par le département Fêtes & Cultures de la municipalité], les autres prieront leurs enfants de ne pas quitter la madrasa où officie l’imam saoudien sans papiers [financée par le Ministère des Cultes et de la Laïcité] avant 16 ans pour leur épargner cet impudique spectacle.

Nous tâcherons de regarder tout cela avec miséricorde, mais ce ne sera pas facile. Nous tâcherons aussi d’élever des enfants libres au milieu des aliénés, mais ce ne sera pas facile non plus.

Hiver.
dsc00017

dsc00029

dsc00048

dsc000061

dsc000081

dsc00020

dsc00026

dsc00031

dsc000291

dsc00081

dsc00005

dsc00010

dsc00021

dsc00022

dsc00057

dsc00064

dsc00065

dsc00076

Printemps.
dsc00015

dsc00019

dsc000201

Chine.
dsc00007

dsc000082

dsc00009

dsc00011

dsc00014

dsc00023

dsc00033

dsc00051

dsc00066

dsc00071

dsc000211

dsc000261

dsc00042

dsc00049

dsc00055

dsc00060

dsc000971

dsc00108

dsc000171

dsc000292

dsc00024

dsc00028

dsc00003

dsc000091

dsc00039

dsc000511

dsc00063

dsc000761

dsc00078

Été.
dsc00004

dsc00030

dsc000212

dsc000651

dsc00089

dsc00025

dsc000293

dsc000101

dsc000231

dsc00046

dsc00044

dsc00054

dsc00056

dsc00059

dsc000641

dsc00067

dsc000031

Automne.
dsc000041

dsc000111

Hiver.
dsc000083

dsc00058

dsc000092

dsc00090

dsc00105

dsc00107

dsc00127

dsc00176

dsc00179

dsc00171

dsc000071

J’adore lire le blog de Jean-Pierre >>>. Dernièrement, il se plaignait de l’orientation que prend selon lui la Justice française :

"On va vers une justice qui dira le droit, qui tranchera et fera preuve d’autorité comme le dit la ministre de la justice, mais pas d’une justice qui , comme elle le faisait depuis 30 ou 40 ans, tentait de contribuer à reconstruire une situation familiale dégradée."

Ahahahahahah, je me marre. "Reconstruire une situation familiale dégradée". Voulez-vous m’expliquer, cher Jean-Pierre, en quoi la "situation familiale dégradée" est un sujet de plainte ? Et en quoi la situation de "famille non-dégradée" serait un sort plus enviable ?

Voilà trente ou quarante ans que les obédiences progressistes de toutes espèces – et en premier lieu la Maçonnerie – font tout pour ringardiser et démolir le schéma familial "non-dégradé" [vous savez, le vieux modèle du couple marié, la famille unie, solide, traditionnelle, soudée, avec des enfants issus de ce seul mariage, ce carcan moisi et réactionnaire qui étouffe l'épanouissement personnel] , pour lui substituer le Pacs, la reconnaissance du concubinage, le divorce-o-matic, la consécration des mères célibaires débordées et dépressives, bientôt le mariage homosexuel, le tout sur fond de tolérance muette de la polygamie en France ; et vous voulez nous faire avaler que vous vous mettez soudain à déplorer des effets dont vous n’avez jamais cessé de chérir les causes ? D’un côté l’État décourage le modèle familial, et de l’autre il dépense une énergie folle à devenir la Mater Misericordiae des enfants de ses propres désastres…

Bref, toujours est-il que parmi ses commentateurs, de fil en aiguille, une certaine Annie en vient à écrire ceci :

"2009 Quoi de neuf ??? RIEN Q DU VIEUXx !!!
???
au nom du père du fils (ou de la fille) et du Saint Esprit : AMEN…
Et quand je dis au nom du père (de la mère aussi) : point de seXisme etc (…)

amen…"

Ne me demandez pas dans quelle mesure la maîtrise de son langage et de son raisonnement touche au domaine de la pathologie cognitive. En tout cas je n’ai pas résisté au plaisir de lui répondre ceci :

"Annie,
Oui, allons plus loin, au nom du/de la Père/Mère, du/de la Fils/Fille, et du/de la/des Saint-e-s Esprit-e-s.

Notre Père/Mère
Qui êtes aux Cieux
Que votre/vos Nom-s soi-en-t sanctifié-e-s
Que votre règne vienne selon le suffrage universel démocratique égalitaire et citoyen
Que votre volonté soit faite selon les élus locaux, les partenaires sociaux et les éducateurs de quartiers sur la Terre comme au Ciel sans discrimination à l’embauche
Donnez-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour selon un menu à la fois halal et casher pour ne froisser aucune sensibilité religieuse
Pardonnez-nous nos offenses à l’encontre du Débat Citoyen
Comme nous pardonnons aussi à ceux et celles qui nous ont offensé-e-s parce que nous ne sommes jamais assez tolérant-e-s et ouvert-e-s d’esprit-e-s
Et ne nous laissez pas succomber à la tentation de l’abstention ou du vote extrême, voire au non-triage des déchets les jours de fêtes solidaires subventionnées par le Ministère de la Diversité Obligatoire
Mais délivrez-nous du Mal
Amen."

On rigole comme on peut.

Comme promis, je vous livre ce petit texte de Salvador Dalí. Le jour s’y prête à merveille.

daliportrait

"Ultimes conclusions de mon livre intitulé "Dimensions et couleur de Dieu".

Au bout de ces cinq dernières années pendant lesquelles j’ai lu tant de livres de sciences, que non seulement je ne comprends pas, mais que je comprends presque toujours, pour ne pas dire toujours, de travers, je reviens aux tout premiers desseins de ma plus tendre enfance.

Quoi ? Un Dieu anthropomorphique, un gigantesque Gulliver dans l’inconsubtilité duquel nous ne serions que des hyper-lilliputiens. Non, non et non, c’est tout le contraire chaque jour où l’on découvre de nouvelles particules et antiparticules élémentaires ou une nouvelle branche de la mouche du vin ou une nouvelle structure topologique, etc., etc., etc., tout cela me semble contredire la deuxième loi le Clausius (l’entropie) et augmenter vertigineusement la nég-entropie et comme c’est dans les petits pots que se trouve la meilleure confiture, de la confiture je passe à la colle cosmique d’Issemberg comme un appoint à son célèbre principe d’incertitude.

Donc, si Dieu existe, ce qui est le plus probable, il doit être des trillons et des trillons de fois plus petit ; de nombreux exemples ont été imaginés pour concrétiser ce fait devant un auditoire, mais il n’en est pas qui ait causé une aussi grande impression que celui utilisé par Lord Kelvin : supposez que l’on puisse marquer d’un signe distinctif les molécules contenues dans un verre d’eau, que l’on jette ensuite le contenu de ce verre dans l’océan, et qu’on agite le verre de façon à répartir uniformément les particules dans les sept mers ; en remplissant à nouveau le verre à n’importe quel endroit de l’océan, on trouvera environ une centaine de molécules  contenues dans le verre avant qu’il ne soit vidé. Qu’un neutrino des trillons et des trillons de fois plus rapide que leur "spin" à la dimension "N" puisse être dans tous les lieux au même instant remplissant tout l’univers, s’il y en a un, ce qui est aussi assez probable.

Et pour parler maintenant de la couleur de Dieu, sur laquelle j’ai déjà écrit cinq chapitres, je dirai pour terminer qu’en essayant de la connaître par intuition, en fermant les yeux je la vois "jaune hollandais", c’est à dire la couleur la plus divine que nous puissions voir, les hommes et les femmes, en fermant à demi les yeux, et comme chacun ne sait pas ce que jaune s’obtient avec du sel solide et de l’acide renindisalilsoefonique, on pourrait dire un jaune un peu noisette comme la couleur d’un mouton qui s’enfuit qui dans la mythologie fut le moment exact où Jason donna un mouvement quantique à la Toison.

Et si tout cela n’était pas ainsi, ce qui est le plus probable, il s’en faudrait de peu."

Traduit du catalan par Edmond Raillard.

dali-madonecorpusculaire1952light

Madone corpusculaire, 1952.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 351 followers