L’anniversaire de la mort de not’ bon Roi Louis ne doit pas nous faire oublier que les crimes révolutionnaires vont encore bon train  de nos jours. Les z-heures-les-plus-sombres-de-l’Histoire ne sont pas le copyright d’un quelconque temps révolu, mais une actualité brûlante.

Je garde une pensée particulière pour le peuple chinois, soumis au silence, aux camps de déportation, aux avortements forcés, à la loi de l’arbitraire, au mensonge d’État. Aux chrétiens chinois, condamnés à la clandestinité pour sauver leur peau.

Pour le peuple Hmong insoumis, traqué par les révolutionnaires chinois, laotiens et vietnamiens, obligé de vivre reclus dans la forêt dans des conditions abominables pour échapper au massacre ou à l’esclavage, et réduit au plus profond désespoir devant l’imminence de leur mort programmée.

Pour le peuple cambodgien, qui commence seulement maintenant à régler ses comptes avec les khmers rouges, lesquels ont fait plonger leur propre pays dans un des bains de sang les plus cruels du XXème siècle, au nom d’un Aufklärung que les communistes français ont encouragé.

Pour le peuple Nord-Coréen, vidé de toute chair et de toute âme par un régime révolutionnaire qui n’est ni une république, ni un gouvernement populaire, ni une démocratie [telles sont pourtant les dénominations officiels du régime], mais tout simplement le jouet martyrisé d’un gourou sadique et mégalomaniaque. Je prie pour que le jour de son ouverture, le pays ait la sagesse de ne point quitter une folie moderne pour une autre, comme adopter la Gay Pride pour trophée de la liberté regagnée.

Pour tous les peuples qui subissent la tyrannie révolutionnaire ou le totalitarisme progressiste, qu’ils soient sanguinaires ou idéologiques, sur tous les continents. Pour toutes les nations condamnées à la soumission ou à la mort ; condamnées à l’idolâtrie de la marchandise ou du Parti ; obligées d’adhérer aux cultes de la Mort maquillés en liberté ou en solidarité ; condamnées au néant spirituel de gré ou de force ; condamnées à la perpétuelle immanence d’un présent glorifié ; condamnées au deuil de leur propre identité et de leur propre histoire ; condamnées à n’être plus que la viande laborieuse d’une civilisation déicide.

Pour tous ceux que la barbarie moderne a meurtri et meurtrit encore dans l’âme et dans la chair. Noyés de Nantes, Cristeros mexicains, forçats de la Kolyma, disparus du Laogaï,… Parce que l’étincelle du 21 janvier 1793  provoqua une réaction en chaîne toujours ininterrompue à travers les années et les continents, chaque goutte du sang de Louis XVI en coûte en réalité des torrents au monde entier.

hmongs-laos-philipblenkinsop

+++

Mais ne nous trompons pas sur nos espérances. À quoi bon restaurer un trône si c’est pour l’entourer d’une foule hostile ? La reine d’Espagne ou le Grand-Duc de Luxembourg payent très cher leurs déclarations sur la moralité contemporaine, et de la part de leurs propres sujets ! Quant aux monarques britanniques, ils sont incapables d’enrayer l’islamisation qui pousse sur les ruines de leur propre démission. Le retour du Roi ne peut se faire qu’en emportant l’adhésion d’une véritable chevalerie, tout comme la République s’appuya sur ses hussards noirs pour emporter l’adhésion populaire. Mais l’héroïsme se fait rare, de nos jours.

Publicités