– Un éléphant ? Au milieu de la pièce ? Haha, mais non voyons ! Vous êtes un plaisantin, mon ami. Reprenons, voulez-vous. Ho, regardez, là, sur votre cravate : une tache !
[- Gérard, ça ne prend plus. Tout le monde a vu l’éléphant. C’est trop gros. Il va falloir expliquer maintenant ce qu’il fout là.]
– Hé bien, euh…, c’est, c’est… euh… c’est notre nouveau directeur du personnel ! Messieurs, veuillez accueillir, euh,… euh, Michel Dugenou, qui prendra désormais part à toutes les décisions du Conseil d’Administration !
[- Gérard, t’es un as.]
[- Merci. Pfiooouuuu. Tu crois que c’est passé ?]
[-Oui, oui, nickel. Continue.]

+++

JT de France 2, 14 décembre 2010. Moins de dix minutes ont suffi à David Pujadas pour entasser des Everest de mensonges, de mauvaise foi, de dissimulation assumée et forcenée, de désinformation, le tout avec un culot et un aplomb de trou-du-cul à vous donner des envies de passer l’AFP au lance-flammes [1]. Cela fait des mois et des années que le phénomène des prières dans les rues de la Goutte d’Or existe, que tout le monde ment à ce sujet [non non non ça n’existe pas, non non non], que les hébergeurs du web censurent les témoignages [incitation à la haine raciale], que ceux qui osent en parler sont diabolisés par l’Inquisition du Vivrensemble ; et soudain Pujadas, la bouche en cœur, annonce que les rues bloquées de la Goutte d’Or ne sont un mystère pour personne, qu’elles existent depuis longtemps, et qu’elles posent un problème bien précis : l’insuffisance de lieux de prière pour les musulmans. Et d’un seul coup, par enchantement, tombent les chiffres de la population musulmane, impossibles à publier officiellement jusque là. Hallucinant. Ce mec n’a vraiment honte de rien.

S’ensuivit un discours visant à donner à l’islamisation manifeste de l’espace public les atours irréfutables de l’inégalité sociale à l’œuvre dans la société. On vit passer les beurs de service, les sociologues en polyuréthane expansé, les antiracistes payés-pour, les spécialistes-de à moitié analphabètes, on vit passer le même micro devant tout ce qui sermone sur le Bien. On voyait bien que les fronts s’épongaient, que les regards paniquaient secrètement, bref que tout le monde est en train de faire dans son froc depuis que la fille Le Pen a dérapé. Elle a tellement bien dérapé que c’est tout un pan du village Potemkine qui a été emporté par son dérapage et qui s’est effondré comme un château de cartes au pied des badauds. Bon, maintenant que tout le monde a bien vu l’escroquerie, faut trouver une explication en béton. Une idée, vite, n’importe quoi, n’importe laquelle, vite les mecs, trouvez-moi un truc.

Dans la frénésie des réactions aux propos-tenus™, on finit par invoquer 1905 pour appeler à la construction de mosquées [sous-entendu, par l’État ? – ne riez pas], on entendit dire à la fois que c’est un droit de prier dans la rue [droit d’expression de la 10vR6T] ET un scandale de prier dans la rue [à cause qu’il n’y a pas de mosquée assez grande pour tout le monde – la faute à… euh… en tout cas c’est la faute à quelqu’un, ne vous inquiétez pas, on va trouver un coupable, bougez pas], que la révolution française [génuflexion] avait enfin permis la liberté de culte [cf Gollnish qui rappelle à je ne sais plus quelle bonnefemme complètement hystérique que la révolution française avait surtout envoyé au massacre tout ce qui ressemblait à un croyant], et mille autres conneries, tantôt navrantes, tantôt hilarantes, tantôt les deux [« On doit vraiment travailler sur où mettre le curseur pour continuer à manger ensemble et faire une vraie diversité alimentaire pour ne pas exclure des musulmans ou des juifs qui mangeraient casher ou halal mais ne pas exclure et obliger de faire manger de la viande halal à des non-croyants ou à des musulmans qui n’ont pas envie de manger halal ou a des juifs qui n’ont pas envie de manger casher, ça c’est le cœur, d’ailleurs, du travail que je fais […]« ]. Je n’invente pas le moindre mot.

Le socialisme, c’est génial. Ça transforme n’importe quel problème en incroyable veine. L’illettrisme est une chance pour la réforme de l’orthographe. L’explosion du modèle familial est une chance pour l’épanouissement personnel. La possibilité de délocaliser une usine picarde en Roumanie est une chance pour la liberté de circulation. L’islamisation est une chance pour l’avenir de la France. Toute cette joie, tout ce bonheur, moi ça me bouleverse.

 

[1] Attention : comportement dangereux, réalisé par des spécialistes entraînés à ce type d’exercice. Ne pas tenter de reproduire chez vous.

Advertisements