André Gérin lui-même n’est pas dupe : le recensement des burqas, c’est du flan. Idem le député Vert François de Rugy, indigné devant la mascarade éhontée que représente ce chiffre ridicule. Idem chez quiconque a des yeux pour voir. Ainsi, 367 femmes se promèneraient en burqa ou en niqab [1], ce qui est censé apaiser notre inquiétude. « C’est un phénomène marginal ». Évidemment, ce chiffre est complètement bidon, et pas seulement en terme quantitatif. On nous balance « 367 burqas », exactement comme on nous balancerait « 367 châteaux-forts » dans un inventaire fixe des Monuments Historiques. Or ce chiffre n’a absolument rien de fixe, ce n’est pas un chiffre qu’on pourra resortir tel quel dans dix ans. Dans dix ans, que seront devenus les très officielles 367 burqas ? Le chiffre aura-t-il triplé, décuplé, centuplé ? Impossible de le dire, mais il est évident que le « phénomène marginal » n’aura plus rien  de marginal. On cherche à nous rassurer, on nous plonge en réalité dans les abîmes de l’angoisse. Pas seulement à cause du voile islamique lui-même, mais à cause de la quantité de couleuvres que le brave peuple de France avale chaque jour, à cause de la trouille croissante dont les élites font preuve face au réel qu’ils construisent eux-mêmes.

Dans la tristesse de notre grand naufrage, reste l’inoxydable comique de nos amis progressistes, devenus esclaves du gigantesque Gremlin qu’ils ont eux-même couvé et bichonné. Tout ce pour quoi ils se sont battus va se voir réduit en miette par leurs propres protégés. En démolissant la chrétienté, ils ont voulu de la laïcité, de la parité, du relativisme culturel, de la liberté de culte et de croyance, ils ont voulu le monopole de l’instruction publique, ils ont voulu la mort de l’irrationnel, ils ont voulu de l’avortement et du mariage homosexuel. Ils se prennent un violent retour de bâton en plein dans la gueule. Tout ce dont on a dépossédé les catholiques en deux siècles de persécutions hard ou soft, les musulmans l’obtiennent en l’espace de trente ans.

La laïcité, ce sont les préfets, les maires et les députés qui fêtent très officiellement la rupture du ramadan, qui vont cirer les pompes de l’imam local, qui vont graisser la papatte aux barbus pour obtenir trois jours de paix supplémentaires dans telle ou telle banlieue pourrie. Ils voulaient la fin des églises, les voilà qui s’empressent de bâtir des mosquées à tours de bras. Et avec les sous du contribuable, s’il-vous-plaît. La diversité des cultes et des croyances, c’est mignon comme tout, sauf pour la communauté juive de France qui ne peut plus habiter en banlieue. C’est mignon comme tout chez les gamins de l’école primaire qui instaurent spontanément dans les WC scolaires les robinets pour les musulmans et les robinets pour les infidèles, cf rapport Obin, rangé au fond d’un hangar républicain façon X-files.

Ils ont voulu la mort de l’enseignement catholique, ils étudient avec méfiance les écoles hors-contrat des familles chrétiennes, ils y envoient même l’inspection chargée de lutter contre les groupes sectaires. Vlan, ils se prennent les écoles coraniques dans la gueule. Et dans les école coraniques, vous pouvez être sûr que le programme d’Histoire-géo, de sciences naturelles, ou de sport sera sensiblement différent de celui des écoles catholiques indépendantes. Ils finiront peut-être par qualifier les cathos de secte et par fermer leurs établissements scandaleux et rétrogrades, mais ils s’écraseront comme des merdes devant les imams formés par la République selon leur propre vœu. Joli programme scolaire. Allez vendre la méthode globale à ces madrasas chéries des progressistes, envoyez-leur un nouveau Cohn-Bendit pour y réclamer les dortoirs mixtes, je sens qu’on va se marrer. Pendant qu’on y est, envoyez Act-Up faire une parodie de mariage gay dans une mosquée, histoire de nous vendre de la tolérance musulmane face aux caméras.

Ils ont voulu en finir avec les superstitions, ils se prennent les exigences hallal dans la tronche. Ils n’aimaient pas les Notre-Père et le sermon sur la montagne ? Tiens, prend-toi la théologie du pur et de l’impur dans les chicots et remballe ton rôti de porc à la cantine. On ne peut même plus offrir des bonbons gluants à ses écoliers, ça vous fait des petits flics de huit ans qui vous les rendent en disant que c’est de la gélatine illicite qui offense le prophète, chahut garanti dans la classe. Le progrès, c’est la fin des croyances, n’est-ce pas ?

Ils ont voulu jeter aux orties les sacrements et les instititutions ecclésiales ; unir les couples devant la Déesse Raison à bonnet phrygien, puis marier les hommes entre eux, marier les femmes entre elles, punir de mort les enfants qui faisaient obstacle à l’épanouissement personnel, à la libération de la femme et au planning des RTT. Ils ont voulu se débarrasser des préceptes calotins ? Ils ont voulu danser nus dans les rues de la ville en proclamant la joie de s’empapaouter sur de la techno ? Je vous prédis sans risque une explosion de l’homophobie dans nos rues, et même l’interdiction pure et simple de la Gay Pride par les nouveaux membres du conseil municipal. Savez-vous qu’un curé se prendra une grosse sanction s’il marie un couple devant Dieu avant que ledit couple soit passé devant monsieur le maire ? Savez-vous que les imams se foutent complètement de cette loi, et qu’aucune sanction n’est jamais retenue contre eux ?

Les vendeurs de Tolérance s’imaginent qu’on peut pacifiquement fusionner l’Europe et le Tiers-Monde sans tiers-mondiser l’Europe. Pauvres débiles.

+++

[1] Faites un jeu amusant : interrogez votre entourage. Que veulent dire burqa, ramadan, halal ? Puis, que signifient Pâques, Pentecôte, Annonciation ? Comptez les points.

Advertisements