Comme je le dis souvent ici, l’avantage de l’idéologie du Marché est qu’elle sert à révéler tout ce que l’idéologie du Progrès combat, interdit, voire nie. Le Progrès dit « égalité, citoyenneté », le Marché dit « offre réservée aux privilégiés, conditions royales, ventes privées« . Le Progrès dit « les hommes sont tous les mêmes, le Marché répond « marketing ethnique« . Le Progrès dit « vivre-ensemble et mixité », le Marché répond « pavillon en banlieue exempt de tout mur mitoyen ». Etc.

Nous avons deux autres magnifiques exemples sous les yeux en ce moment.

Le premier, c’est évidemment la GPA. Le gouvernement progressiste affirme « non non non non, la GPA n’est pas au programme« . Le Marché, étant connecté à la réalité des désirs des gens et de ce qu’ils sont prêts à payer, répond « Voici notre dernier catalogue, faites appel à nos services« .

Le deuxième est au sujet du port d’armes, qui fait polémique aux États-Unis. Je n’ai pas d’opinion tranchée sur le port d’armes à feu par les citoyens, mais encore une fois on observe la divergence fondamentale de l’idéologie d’avec les faits. Il est convenu de penser que le port d’armes à feu est la cause directe d’une forte criminalité, et donc qu’en réduisant – voire en interdisant – ce droit, on obtiendrait une société enfin apaisée. Or j’apprends ce matin-même par France Inter que les Égyptiens, faisant face à un accroissement inédit et extrêmement fort de l’insécurité, adoptent un comportement étrange : ils se mettent à se procurer des armes à feu pour assurer eux-mêmes leur propre sécurité, générant un important marché de l’arme clandestine. Les choses ne sont donc pas aussi simples que cela, car de toute évidence si le port d’arme permet potentiellement d’utiliser une arme pour tuer des gens, il sert surtout à neutraliser ceux que l’État est incapable de neutraliser dans l’intérêt du Bien Commun. Les Égyptiens ne s’arment donc pas dans le but de générer de la violence, mais pour s’en protéger. Le Progrès dit : « Les armes c’est pas bien ». Le Marché répond : « L’État ne protège pas vos femmes et vos enfants de la violence, prenez les choses en main ».

+++

Et sinon, l’URSS a encore frappé : les images de la manifestation du 24 mars fournies par la Préfecture ont bel et bien été falsifiées >>>.