En vertu de son sens du partage, de sa tendresse particulière pour les exclus, de son sens du social, Jésus serait de gauche. C’est en tout cas ce qu’on lit sur le web de-ci de-là. Donner à Jésus une couleur politique de droite ou de gauche n’a pas vraiment de sens, mais juste pour le plaisir de l’exercice, nous pouvons très bien dire pour les raisons suivantes que Jésus est de droite :

1. Jésus siège à la doite du Père.

2. Jésus est fils de David, c’est à dire qu’il a du sang bleu en vertu de son ascendance royale directe. Charpentier, mais pas prolo.

3. Jésus est Roi. Il n’est pas président, il n’est pas élu par le peuple, sa souveraineté n’est pas démocratique, et il n’est pas près de démissionner.

4. Le Salut n’est pas un acquis social.

5. Jésus est venu garantir que le paradis égalitaire et fraternel n’est pas et ne sera jamais de ce monde. Et que le vrai paradis est un endroit sélect où beaucoup sont appelés mais peu sont élus.

6. Jésus ne fait de tables rondes, ne travaille pas dans le dialogue, ne réunit pas les partenaires sociaux. Il ne prononce ni programme ni proposition de loi réalisées dans la concertation. Il prononce des ordres et des commandements sans consultation populaire.

7. Jésus ordonne de brûler les arbres qui donnent de mauvais fruits, pas de continuer à les arroser.

8. Jésus n’est pas anticlérical. Jésus croit en Dieu. Jésus est à la messe tous les dimanches.

9. Jésus n’est aucunement ennemi de César. C’est juste qu’ils ne règnent pas sur les mêmes domaines.

10. Le baptême fait les chrétiens « prêtres, prophètes, et rois ». Et non pas « acteurs sociaux, militants, et élus de la république ».

11. Jésus est venu faire une Révélation à toutes les nations et à tous les peuples. Il n’a pas pour autant demandé aux nations de faire tomber leurs frontières et aux peuples de disparaître.

12. Jésus commande la charité, pas la solidarité.

13. Jésus demande de répandre le Bien autour de soi, surtout aux plus petits, et de ne pas s’aliéner aux richesses du monde. Pas d’augmenter les impôts, de voler les riches, de payer les gens à ne rien faire, de couper la tête des aristocrates, ou d’envoyer les bourgeois aux goulag.

14. Jésus est contre le mariage homosexuel, contre les mères porteuses, contre l’avortement, contre l’euthanasie, contre la chosification de l’homme.

15. Jésus condamne les interdits alimentaires. Meat is not murder, fishes are not friends !

16. Le christianisme n’oppose pas Foi et Raison, contrairement au socialisme.

17. Jésus demande des comptes aux individus ; pas aux collectifs, pas aux masses, pas aux associations.

18. Jésus parle par signes et par paraboles. S’il donne à manger aux affamés, ouvre les yeux des aveugles, et ressusite les morts, ce n’est pas que pour prendre soin de leur santé ; c’est avant tout pour leur donner le goût de la nourriture céleste, de la contemplation éclairée du Vrai Amour, et de la vie éternelle.

19. Le socialisme n’a jamais fait de miracles.

20. Si Marie avait avorté, le socialisme n’existerait pas.

Publicités