Y a-t-il au monde lecture plus désopilante que celle-ci, alors que l’on sort tout juste du Théâtre de l’Atelier où Fabrice Lucchini lisait Philippe Muray ?

+++

Publicités