Avant de lire la suite, je vous recommande de regarder ce reportage d’Arte [25 minutes – Émission du 01/11/2009]. Cliquez ici >>>
Dépêchez-vous, ça ne reste que quelques jours en ligne avant de disparaître.

+++

Chose faite ? Bien.

Je n’arrive pas à comprendre comment il est possible de regarder ce reportage sans prendre immédiatement consicence que nous vivons en URSS.

Moi, quand j’entends la voix off ironiser sur le rythme ennuyeux des séries, je vois défiler L’instit, Louis la Brocante, Joséphine Ange Gardien, et tout le cortège de la télé chiante et du cinéma chiant, mené par des protagonistes citoyennisants à tout va à la ville comme à l’écran. Je vous met au défi de me trouver un scénariste, un chef-op, un éclairagiste ou un dialoguiste capable de pondre une production française digne de ce nom, et ayant assez de couilles au cul pour désobéir aux commandes officielles du Parti du Bien, genre « Bon alors vous me mettez une Blanche et un Noir, ils vont tomber amoureux, mais ils vont devoir surmonter les préjugés racistes de leurs familles. Pendant l’épisode, on découvrira que son père est un ancien collabo et que sa mère donne des cours particuliers à une jeune femme dont elle va tomber amoureuse. On va faire une audience de ouf ! Pour l’épisode d’après, vous me mettrez un homosexuel afghan sans papiers qui veut devenir notaire ou chercheur à l’IRCAM, on va bousculer un peu les bourgeois sur fond de réalité sociale difficile. Il faut faire de l’ultraréaliste, limite du documentaire ! Je veux du crédible !« 

Moi, quand je vois Quatre hommes dans un tank, je vois Indigènes. N’avons-nous pas joué à la crapette en picolant au fond d’un canapé tandis que les troupes coloniales libéraient la France à elles toutes seules ?
Moi, quand je vois La femme derrière le comptoir, je vois Plus belle la vie et son réel socialiste repeint aux couleurs des Bisounours, tolérant au métissage et ouvert au dialogue des saveurs du monde.

« Il n’y a que de l’autre côté du rideau de fer que vous pouviez voir un homme murmurer à l’oreille des bouleaux avec autant d’amour« . Pauvre conne, ne te sens-tu donc pas cernée à ton tour par les centaines de Nicolas Hulot, d’Arthus-Bertrand, de recommandations citoyennes sur le réchauffement climatique, la pêche au thon et le robinet mal fermé, avec des petits cœurs partout qui disent qu’il faut aimer la Planète ? Ne vois-tu pas ces milliers de pubs où des types embrassent des arbres pour lutter contre la pollution et la fonte des icebergs ? Combien ai-je vu fleurir de boutiques équitables et éthiques cette année dans ma ville ? « Raconte-moi la Terre » ! « Etik’moi » ! Tu veux des bonnes adresses ? Tu veux des torrents de bisous écoresponsables ?

Moi, quand je vois la « grande fraternité des pays soviétiques » dont ils rient comme des ânes, je ne peux pas m’empêcher d’entendre exactement la même exhoration qui tourne en boucle à la télé et à la radio : Tolérance et Vivre-Ensemble, Métissage et Multiculturalisme, ad libitum.

Moi, quand je vois l’histoire du concierge qui surveille et dénonce ses voisins, je vois LePost qui occupe ses soirées d’automne, manifestement très ennuyeuses, à faire disparaître dans une trappe les petits membres de la réacosphère, et à traquer comme des assassins ceux qui sont un peu trop encombrants pour les faire disparaître discrètement. Et quand je vois ce même concierge-policier trafiquer dans la même illégalité que les locataires qu’il dénonce, je vois tous les petits bobos altermondialistes qui trafiquent les cartes scolaires pour ne surtout pas envoyer leurs enfants dans l’école du quartier remplie de Fatou et de Ahmed, bien qu’ils aient activement milité avec RESF pour ne pas qu’ils se fassent expulser.

Moi, quand je vois le Schwartze Kanal, je vois le Zapping et Thierry Ardisson réunis sous la même bannière de l’Inquisition Citoyenne, jouant à ridiculiser le Mal pour sauver les apparences du Bien [au programme de la conspiration anti-bonheur : les paradis fiscaux, l’Opus Dei, le système social américain, Benoît XVI, les riches, le Capital Apatride, le profit, Mc Donald’s, le Ku Klux Klan,…]

Moi, quand je vois le journal télévisé sous Ceaucescu, je vois passer l’interminable convoi de l’actu [oui, on dit « l’actu« ], toutes chaînes confondues. Moi, quand j’entends que le régime était hypocrite en faisant comme si, j’entends les centaines de sociologues à la con qui « font comme si » tout s’expliquait à la lumière du schéma des inégalités sociales et des HLPSDNH. Au mépris du réel, selon la grande tradition. Je ne suis pas certain que le mur soit tombé, mais je crois que la relève de Jean-Paul II est assurée.