« Dans la Bible, on attribue une grande signification aux systèmes capillaires ; Dalila crut à la puissance des poils. Dali aussi – Laporte l’inventeur de la « Magie Naturelle » au XVIIe siècle considère les moustaches et sourcils humains des antennes spécialement réceptives pour recevoir l’inspiration créatrice, de même que chez les animaux insectes pour leur plus raffinée vie instinctive. Les sourcils légendaires de Platon et surtout ceux de Leonardo  de Vinci recouvrant presque son regard, sont le témoignage le plus glorieux de poils faciaux. Mais au XXe siècle, il devait se produire le phénomène poilu le plus le plus sensationnel, celui des moustaches de Salvador Dalí.

« Quesque cet que des moustaiches ? »

Les moustaches sont un nombre déterminé de poils qui peuvent pousser indéfiniment dans la partie la plus exhibitionniste et stratégique de votre visage, et sans avoir besoin pour cela (comme dans le cas de taxes, si vous devenez important) de devoir recourir à l’aide et aux conseils de votre avocat. Les moustaches poussent donc sans l’intervention de personne ; elles dépendent uniquement de votre volonté de personnalité et la personnalité humaine consiste essentiellement dans votre pouvoir personnel à capitaliser la moindre parelle de votre personne et cela jusqu’au dernier poil. Il est difficile de naître avec des moustaches, surtout à partir d’un certain âge. C’est pour cela que je pars à Rome afin de « renaître » avec mes moustaches. Avant mon imminente renaissance, déjà mes moustaches vibrent, répercutent, recoivent, émettent, chatouillent, collent, s’électrisent, piquent, prophétisent, parachutent dans le rêve, s’érectent vers le ciel comme les aiguilles d’une cathédrale. Moustaches ultra-gaies et mystiques, opposées à celles ultra-dépressives, tombantes et terrifiantes de Frederick Nietszche. »

Salvador Dalí.

DaliNietszche

 

 

 

Extrait de la préface de Dalí’s mustache, petit ouvrage en forme d’interview photographique entre Philippe Halsman et Salvador Dalí.

Publicités