Je ne vous ai pas encore parlé du sondage commandité par le CRAN et publié il y a quelques semaines. Il s’appelle « Les Français, les minorités visibles et les discriminations ».

Le but de la manœuvre est de prouver que les Français sont favorables à l’usage de statistiques ethniques, et, ipso facto, de prouver le bien-fondé du racisme d’État en comptant le nombre de Noirs, de Jaunes ou de Bleus à pois verts qu’on voit partout afin de favoriser l’embauche des « minorités » – c’est à dire de défavoriser ouvertement tout ce qui est mâle et Blanc au nom de la Diversité [non non, ce n’est pas du racisme] et de la Représentativité [non non, ce n’est pas de l’idéologie totalitaire].

Tout d’abord, j’adore le vocabulaire employé dans le rapport ; on marche sur des œufs dès qu’on parle d’ethnies ou de races, alors on y lit des questions basées sur le « ressenti d’appartenance ». C’est comme les nouvelles plaques minéralogiques, vous avez le droit de vous revendiquer de n’importe quelle identité, on s’en fout. Si vous vous sentez vachement Papou dans votre ressenti, vous êtes catalogué Papou. Je vous rappelle qu’aux États-Unis on voit des gens faire appel aux laboratoires pour prouver qu’ils ont dans leurs gènes un ancêtre « de couleur ». Pour pouvoir prétendre à un poste « réservé à la Représentativité ». Ainsi, un Blanc peut officiellement se déclarer membre de la minorité Noire, ou Hispanique, etc.

C’est épineux, tout ça, hein ! Imaginez un Blanc qui se déclarerait Noir en vertu de son « ressenti d’appartenance ». Bon, la chose est absurde, il suffit de voir sa tête me direz-vous. Ha ha, et comment allez-vous lui prouver par A+B que c’est un imposteur ? On va mesurer la densité de sa couleur de peau ? Taratata, il peut tout aussi bien s’agir d’un Portugais revenant de vacances à Bali ou bien d’un Tamoul. Alors quoi ? Mesurer l’angle de son front, la largeur de son crâne ? Établir la proportion de sa mâchoire par rapport à celle de ses lèvres ? Mesurer la cambrure de son bassin, l’écartement de ses oreilles, la typologie de son nez ? Établir un comparatif des différents groupes hominidés recensés par les raciologues de la République Antiraciste ?

J’imagine déjà des gens en blouse blanche en train de faire passer des tests anthropologiques à des candidats du Pôle Emploi. « Avez-vous une grand-mère Diverse ? Oui ? Alors vous êtes un Divers. Juste une arrière-grand-mère Diverse ? Mmmm, les choses se compliquent, le Régime ne retient officiellement que deux générations pour faire de vous un Divers. La Commission d’Anthropologie Diversitaire jugera selon vos photos de face et de profil. Au mieux on vous classera peut-être dans les Endiversifiés. Bonne chance pour ce poste de conseiller chez Axa. »

Hu hu hu, c’est pas beau tout ça ? Une magnifique boîte de Pandore remplie à ras bord de bons sentiments.

Bon, mais je voulais surtout en venir à la page 7 du rapport, qui nous apprend le degré d’enthousiasme pour les « statistiques ethniques » selon la sensibilité politique des personnes interrogées. Hormis le fort taux général de faveur [toujours supérieur à la moyenne, ce qui me paraît franchement louche], la tendance générale est très nette : plus on se dit « de droite », moins on est favorable aux statistiques ethniques ; et plus on est « de gauche », plus on y est favorable. En clair : le camp le plus enclin à pratiquer ce racisme n’est pas à l’extrême droite [taux de faveur le plus bas], mais bel et bien à gauche, dans le camp du Socialisme et du Progrès. La droite serait-elle réactionnaire à ce point qu’elle préfère une égalité des chances à l’ancienne, sans distinction de race ou de couleur de peau ?

D’autres informations intéressantes en page 8 : les partisans du racisme d’État ne sont pas chez les vieux cons crispés et rabougris de 80 ans [« seulement » 50%], mais très nettement chez les jeunes de moins de 30 ans [80%]. Mais non, il n’y a pas d’effet propagande.

Un rapport édifiant à télécharger ici >>>.

Question subsidiaire : vous vous demanderez pourquoi les Tutsis, les Han, les Masaïs, les Quechuas, les Baï, les Berbères ou les Hmongs ont le droit d’être considéré comme des ethnies, alors que si vous êtes Auvergnat, Alsacien ou Breton vous n’avez droit qu’à un numéro de Sécurité Sociale pour toute identité officielle et dicible ?

Advertisements