aznavourcharles
Charles Aznavour. Interprète de chansons très populaires [« Je m’voyais déjà », « La Bohème »,…], qui font désormais partie du patrimoine de la chanson française, et dont la renommée est internationale.
Né Shahnourh Varinag Aznavourian, de parents immigrés Arméniens.

canettijacques
Jacques Canetti. Producteur musical. Il fut le découvreur et le révélateur d’une immense quantité d’artistes fançais. Piaf, Brel, Gainsbourg, Fernand Raynaud, Jeanne Moreau, Robert Lamoureux, Vian, Mouloudji, Boby Lapointe, Jean Yanne, pour n’en citer que quelques uns.
Immigré juif d’origine bulgare.

kettyrina
Rina Ketty. Chanteuse des années 30. « J’attendrai » connut un immense succès, et reste encore un grand classique de la chanson française.
Immigrée italienne.

scottovincent
Vincent Scotto. Compositeur musical. Quatre mille chansons – dont plus du tiers connurent de grands succès –, soixante opérettes, deux-cents films à son actif. On lui doit de nombreux airs célébrissimes : « J’ai deux amours » [Joséphine Baker], « Je n’suis pas bien portant » [Ouvrard], « La java bleue » [Fréhel],…
Fils d’immigrés italiens.

goscinnyrene-uderzoalbert
René Goscinny. Écrivain, scénariste. Célèbre pour avoir créé entre autres le Petit Nicolas et Astérix, deux personnages emblématiques de la culture française moderne. Le Petit Nicolas et son inimitable narration en style indirect libre, son portrait de la France d’après-guerre ; Astérix et ses multiples répliques cultes qui sont entrées dans le vocabulaire usuel des Français [« Tomber dedans quand on était petit »,…], ainsi que la description amoureuse et minutieuse de la Gaule, des mœurs gauloises [querelleurs éternellement réconciliés par l’esprit de la camaraderie et de la ripaille], et des nombreuses nations du monde vues d’ici et dépeintes avec une tendresse amusée. Astérix est renommé internationalement pour son incarnation de l’esprit français, à la fois rigolard et spirituel, chauvin mais toujours hospitalier.
Goscinny est le fils d’immigrés juifs polonais.

Albert Uderzo. Dessinateur, co-créateur du célébrissime personnage d’Astérix.
Fils d’immigrés italiens.

distelsacha
Sacha Distel. Chanteur et musicien. « Des pommes-euh, des poires-euh, et des soubidou bidou haa ! » Un interprète majeur des airs de jazz et de variété de la deuxième moitié du XXème siècle.
Fils d’immigrés russes.

gainsbourgserge
Serge Gainsbourg. Auteur, compositeur, interprète, acteur,… Reconnu mondialement pour son génie musical, il est souvent cité comme référence majeure par les grands noms de la musique populaire d’aujourd’hui à travers le monde entier. Décadent, provocateur et déluré, mais aussi dandy, homme de lettres, esprit subtil et exigeant, et généreux fournisseur de talents pour toute la scène francophone.
Fils d’immigrés russes.

kosmajoseph
Joseph Kosma. Compositeur. Auteur d’innombrables mélodies pour le cinéma français, metteur en musique d’autant de textes. Connue et aimée mondialement, la mélodie des « Feuilles mortes » de Prévert porte sa signature. Kosma a travaillé avec de très nombreux artistes : les Frères Jacques, Yves Montand, Barbara,…
Immigré d’origine bulgare, naturalisé français en 1946.

montandyves-signoretsimone
Yves Montand. Aussi talentueux acteur que chanteur. Amoureux du grand répertoire classique, mais aussi du jazz, et des choses plus légères comme la comédie ou la chanson française. Éternel interprète des mélancoliques « Feuilles mortes », et facétieux en diable envers Hugo, en jouant Blaze dans « La folie des grandeurs ».
Né Ivo Livi en Italie, fils d’immigrés italiens.

Simone Signoret. Actrice, et épouse d’Yves Montand.
Née Simone Kaminker, née en Allemagne, d’un père juif polonais et d’une mère d’origine française.

zolaemile
Émile Zola. Écrivain. On ne le présente plus.
Fils d’immigrés italiens.

goldmanjeanjacques
Jean-Jacques Goldman. Auteur, compositeur et interprète d’une immense quantité de chansons depuis les années 80, et qui rencontrent toujours un grand succès populaire. Il écrit et compose également pour de nombreux interprètes à travers le monde francophone.
Fils d’immigrés juifs allemands et polonais.

mouloudjimarcel
Marcel Mouloudji. Chanteur et comédien. Notamment resté célèbre pour son interprétation du « Déserteur » de Boris Vian, et de nombreuses chansons de Prévert.
Né de père kabyle et de mère bretonne.

vartansylvie
Sylvie Vartan. Chanteuse qui sera toujours « la plus belle pour aller danser » !
Née en Bulgarie de parents arménien et hongrois.

belmondojeanpaul
Jean-Paul Belmondo. Acteur et comédien. Célèbre pour ses rôles d’aventuriers baratineurs et de chiens fous, il est devenu Bébel, une icône du cinéma populaire français, et a complètement épousé le paradoxe français à travers ses multiples rôles, fait d’argotiques gouailles, de flamboyances courtoises, et d’élégantes préciosités.
Fils d’immigrés italiens.

tatijacques
Jacques Tati. Un des plus grands réalisateurs français, dont la renommée court toujours sur la bouche de ses confrères du monde entier. Rendu célèbre par son personnage de M. Hulot, homme distrait et rétif au monde moderne, poétique acoucheur de la vie dans un monde toujours plus technique et plus glacial.
Fils d’immigrés russo-néerlando-italiens.

balaskojosiane
Josiane Balasko. Personnage important de la comédie française depuis les années 80. On n’est toutefois pas obligé de partager ses opinions politiques NDF+.
Fille d’immigrés bosniaques.

coluchemichel
Coluche. Humoriste. Bon, je ne vais quand même pas vous faire un descriptif du personnage.
Né Michel Colucci, de parents immigrés italiens.

polnareffmichel1
Michel Polnareff. Auteur, compositeur et interprète majeur de la pop musique française. Volontiers provocateur, mais devenu un grand classique du répertoire de la chanson française.

+++

Ce ne sont que quelques exemples, glanés à travers le XXème siècle, mais qui nous apprennent plusieurs choses :

D’une part, que le XXIème siècle dissout ce qui fut toujours une évidence et une humilité pour les générations précédentes : l’immense majorité des immigrés souhaitaient pour leur descendance un prénom français. Autrefois, franchir une frontière, voyager, s’exiler, ne faisait pas en quelques minutes de TGV ou d’avion. Adopter un pays d’accueil signifiait épouser un destin et abandonner inexorablement une part de ses racines, au profit d’une liberté ou d’une prospérité qu’on s’engageait à mériter, loin d’une patrie qu’on quittait pour de bon. On abandonnait donc sa langue natale – les petits Français abandonnèrent eux aussi leurs langues régionales de la même manière – pour recevoir la somme culturelle française et y destiner sa progéniture.

D’autre part, l’exaltation nouvelle des racines – mêmes très lointaines – et l’éloge de l’ambiguité culturelle, rendus possible par la proximité technique des nations entre elles, provoquent l’effondrement d’une profonde exigence : on n’attend plus de la génération arrivante qu’elle maîtrise la langue d’adoption : le seul éloge de la différence tient lieu de talent. Quant au métissage des cultures et des races cultures, on connaît la teneur de la propagande quotidienne. Le Jamel Comedy Club n’est pas un incubateur de talents, c’est une entreprise qui renverse le processus de la renommée artistique : tout comme la Star Academy produit la célébrité avant l’adhésion du public à l’artiste, le Jamel Comedy Club façonne le contenu culturel avant que la culture ne daigne adopter ses chantres commis d’office. Faire de la chanson française ou reprézenté lé blédars du neuf-deux, il y a plus qu’une nuance : il y a la démission du Beau au profit de l’Idéologie, la déchéance du réel au profit du désirable, l’éviction de l’incarnation au profit de l’utopie. La mort du langage au profit de la communication.

Enfin, il est aisé de se rendre compte que les générations immigrées précédentes n’ont jamais cherché à réclamer une réprésentativité ou une réussite sociale par l’invocation d’une justice ou d’une équité de traitement à appliquer par la force. On tenait pour plus légitimes que soi la présence et la loi des autochtones, plus légitime que la sienne la culture locale. La frontière n’était pas un gros mot, mais l’espace souverain d’un peuple et d’une vision du monde, au-delà de laquelle ceux-ci différaient, et ce n’était pas grave.

Advertisements