Quelques pistes de réflexions, extraites des Délices de l’Âge de Fer >>>.

« Ainsi l’oligarchie s’aveugle profondément, car elle croit être populaire avec la « lutte contre les discriminations », dans un pays où un tiers des électeurs a pu voter pour le Front National. Cette séparation, c’est là dessus que ce sont appuyés ceux qui ont permis à tant d’ouvriers de voter pour la droite, contrairement à un modèle de décision rationnelle basée sur les intérêts. Et quand l’oligarchie bien pensante comprend cette séparation, elle ne pense qu’à « éduquer le peuple », nullement à comprendre ses valeurs.

Le peuple est xénophobe parce qu’il se veut communautaire et solidaire sur un modèle familial. La famille, le groupe sur qui on peut s’appuyer inconditionnellement, c’est un des piliers de la dignité de celui qui n’a pas de biens. Cette xénophobie concerne aussi les français d’origine étrangère. Et le peuple est homophobe, parce que la force physique et l’affirmation machiste est un autre pilier de la dignité de ceux qui n’ont ni biens, ni diplômes, ni éducation valorisante. Voyez les valeurs des supporters de foot, ce sont celles là, l’affirmation virile et la loyauté à l’équipe, ce qui comprend le rejet violent et actif des autres équipes.

La xénophobie n’est pas un privilège de blancs, mais un phénomène universel ; simplement, les pauvres ont une mondéité proche aux limites étroites, et voient bien que l’élargissement du marché du travail se fait au détriment de leur dignité, et accroit leur faiblesse face aux riches. Ils voient, et est-ce à tort, la main d’œuvre étrangère comme une concurrence. La xénophobie des riches est à la mesure de leur monde, et se masque de grands principes, se masque de toute idéologie condamnable comme le racisme. La xénophobie des riches se fait contre les gens qui ont des coutumes contraires à leur principes, qui sont donc de fourbes et méchants sauvages, à éduquer selon la gauche, ou à détruire selon Bush-c’est bien la seule différence entre Bush, Tony Blair, et le PS.

Dans le cadre culturel de l’oligarchie, surtout l’oligarchie de gauche, ces hommes pauvres, culturellement déprivés, xénophobes et machistes sont en trop et ont le droit de se taire et d’être l’objet de la répression. Faire appel à leur voix et à leurs valeurs, c’est ça le populisme. La xénophobie des riches se base sur l’exclusion idéologique ; aussi la bourgeoisie socialiste va-t-elle montrer le plus profond mépris pour le pauvre blanc rural, chasseur et machiste, l’électeur de bush et de Sarah Palin, qui rejette l’éducation bien intentionné des militants antiracistes. Cette xénophobie le rabaisse au niveau de « plouc taré », et refuse toute possibilité de le comprendre. Je ne parle pas des sectes de l’ultra-gauche, qui en rêveraient bien l’extermination. Les oligarques sont xénophobes par générosité et par humanisme, par droit d’ingérence ; au point de couvrir de bombes et d’occuper des pays entiers, de manière absolument désintéressée. »

Publicités