Après I comme Icare dont je parlais hier, vous poursuivrez votre viatique anti-démocrate par la lecture du Schtroumpfissime, album extrêmement politique s’il en est.

Le Grand Schtroumpf étant absent pour quelques jours, tout le village est livré à lui-même, et les Schtroumpfs se mettent en quête d’un chef de substitution. Commence alors une aventure qui voit naître de belles intentions démocratiques [tous les Schtroumpfs sont égaux en théorie], mais ce postulat entraîne dans une logique implacable la démagogie, la tyrannie, et finalement la guerre civile. Tout y passe : flatteries, magouilles électorales, confusion des bulletins de vote, promesses mensongères, imbécillité intrinsèque des foules, mouvements de résistance face aux milices de celui qui s’autoproclame Schtroumpfissime, phénomène de collaboration et de corruption, titres honorifiques de pacotille, attributions arbitraires des responsabilités, etc.

Et pendant toute cette agitation, nul ne s’affaire plus aux choses essentielles, à savoir la vigilance qu’il faut porter aux frontières de son territoire pour en assurer la survie : l’invasion des eaux menace le village si le barrage de la Rivière Schtroumpf n’est pas entretenu. [Nous sommes en 2008, on en tirera l’analogie de son choix].

Le Schtroumpfissime est in fine le discrédit du gouvernement populaire, et la consécration du gouvernement monarchique fondé sur une légitimité fondamentalement inégalitaire : le Grand Schtroumpf est le plus éclairé en tout [même le Shtroumpf à lunettes ne lui arrive pas à la cheville, c’est un vaniteux totalement incapable de s’élever au rang d’aristocrate, et sa science est désincarnée], et sa vénérabilité pose les conditions de l’épanouissement de tous [untel est bricoleur, untel est poète, untel est farceur, etc], contrairement à l’usurpateur élu qui commence par diviser les uns d’avec les autres et attribue des rôles inadéquats pour servir sa propre cause. Le rôle de la nuit est également édifiant dans cet album : on sait que la nuit est toujours le sommeil paisible du village, sauf pour le Grand Shtroumpf qui veille et travaille sur ses potions magiques. Sous le règne du Schtroumpfissime, la nuit devient le moment des traquenards, des complots, des espionnages et des suspicions ; la part obscure du monde vient dévorer l’innocence vitale du village.

L’album se clôt sur l’évidence d’une Restauration, tant par les désastres intérieurs [un gouvernement d’opérette n’engendre que des catastrophes et pervertit l’œuvre du salut], que par les désastres extérieures [une cité devient vulnérable quand elle ne regarde plus qu’elle-même] engendrés par la transformation du peuple en souverain.

Un album d’éducation politique qui ravira vos enfants, et qui achèvera de convaincre ceux qui ont toujours vu chez les Schtroumpfs un modèle de société communiste !

Advertisements