Francis avait la nausée. Comme tout le monde il avait un écran de télévision chez lui, mais affirmait en société qu’il ne l’avait pas, à la fois par provocation et par volonté de ne pas être comme les autres, ces affreux autres qu’il fallait aimer quand même. Et sur l’infâme écran qu’il avait allumé dans son minuscule salon – comme presque tous les jours malgré le dégoût qu’il affichait en public pour cette implacable machine à broyer l’intelligence – il suffoquait d’indignation face aux excuses en tous genres que déblatéraient l’escouade de sociologues dépêchées par le Gouvernement pour dire que non non non tout allait très bien, qu’il ne s’agissait que d’un folklore, détestable certes, mais d’un folklore quand même. Après tout, le folklore des tags a fini par entrer dans les mœurs, le folklore des incendies d’automobiles rituels a fini par entrer dans les mœurs, le folklore des banlieusards miséreux roulant en BMW toute musique hurlante a fini par entrer dans les mœurs, le renvoi au vestiaire des festivités de Noël a fini par entrer dans les mœurs à mesure que les kilomètres de rayonnages halal des supermarchés ont, eux aussi, fini par entrer dans les mœurs. Francis, preux chevalier indigné par la funeste crétinerie de cette époque, porta un coup fatal à l’émétique modernité qui n’en finissait pas d’agoniser et de pourir sous ses yeux en vidant héroïquement une nouvelle bouteille de vodka. Il s’effondra sur son canapé avant même d’avoir pu éteindre l’infernale image animée qui trônait malgré lui dans son propre foyer, et la stridence intinterrompue du diabolique appareil lui fit faire d’interminables cauchemars où se mêlaient point info-route, publicités pornographiques pour des céréales, et dialogues indigents de séries américaines.

+++

L’hymne national a encore été sifflé hier. Philippe de Villiers a immédiatement demandé à Nicolas Sarkozy qu’il prenne des mesures sérieuses et immédiates, et que s’il pouvait prendre personnellement à charge ce dossier au sein du Gouvernement, il l’accepterait de bon cœur. Marine Le Pen a violemment condamné l’échec des politiques immigrationnistes, ainsi que Bruno Gollnish. Il est plus que temps de rappeler cette récente exhortation de Benoît XVI faite aux nations de ne pas abandonner leurs identités dans l’uniformisation et l’indistinction modernes. La FSSPX a décidé d’organiser un rosaire pour la Marseillaise, en marge de la prochaine Marche pour la Vie qui débute ce week-end.

+++

Les équipes française et tunisienne sont entrées sur le terrain mêlées les unes aux autres, on ne discrimine pas, on coupe court au risque imminent de sifflement de la France, de ses joueurs, de son hymne, de tout ce qu’elle représente. On songe à Stalingrad, à Raymond Aron, on revoit Sartre attablé au Flore entouré de ses fans, c’est toute une époque qui disait oui non oui non finalement non, trente ans plus tard la débâcle est consommée et c’est BHL qui cristallisera l’ultime déroute sous les ors des hôtels de luxe où il écrit ses torche-culs. Chez François De Babouche on s’étripe, on invective, on exulte aussi devant l’explosion du réel à la face à la sale gueule du monde idéal mais voilà il ne se passe rien tout va bien ma bonne dame, et on rentrera se coucher en feuilletant l’Équipe et en cognant bobonne, c’était mieux avant. Le petit train de la réacosphère fait toujours des bulles.

+++

Heureusement qu’il me suffit d’un placard à balai pour garer ma nouvelle minivoiture de luxe, sinon j’étais bon pour passer un coup de fil à mon assureur – un authentique cas de paranoïa aiguë – que je croise parfois dans mon rade favori, parce que toutes les voitures de ma rue ont subi les assauts d’une bande de punks à chiens, jonchant les trottoirs d’éclats de rétroviseurs et de canettes de bière vides. Ca fait déjà trois fois qu’ils font le coup dans le quartier depuis deux ans, mais mon gros connard de maire s’en fout royalement, et ne fait rien. Si ma candidature avait mieux marché aux dernières élections, croyez bien que ça ne serait pas resté lettre morte, parce que je ne suis pas le genre de manchot sans neurone qu’on confond avec Lagaf ! Moi, c’est plutôt la méthode Steven Seagal, c’est pas le même genre d’humour. Enfin, tout ça pour dire qu’il y a plus grave que cela, puisque Le Gringeot a crevé son pneu arrière en roulant sur les éclats de verre de mon trottoir ! Non, je plaisante ! Je voulais bien entendu parler des huées qui ont accompagné l’évolution de l’équipe française pendant le match d’hier. Plutôt que de prendre des mesures aussi pertinentes qu’un sparadrap soviétique sur une chaise roulante rouillée, je propose de jouer tous les matches nationaux dans des endroits moins susceptibles d’attirer les populaces imbéciles et haineuses. Par exemple, à Foug, bled lorrain introuvable, où le climat refroidira radicalement le public, dans tous les sens du terme ! Et puis Laurence pourra se reconvertir dans la vente d’écharpes de supporters ou de hot dogs dans son fief, et devenir une véritable fortune locale !

+++

– Zulmé, tu penses à la même chose que moi ?
– Mais oui Toné, mais oui.

+++

Alors je suis encore retournée voir un match avec les nouveaux amis que j’ai depuis que je suis à Paris, et je dois dire que beaucoup aimé. Bon, je n’aimerais pas être le propriétaire du pré qui a servi à accueillir la rencontre parce qu’ils l’ont mis dans un sale état ! Presque aussi saccagé qu’après le départ d’une rave party sur les hauteurs de Briançon ! Je me souviens que le père Dupanloup – une personnalité locale – avait moyennement apprécié qu’on profite de la transhumance pour squatter ses terres. Faut dire qu’avec internet, même les raveurs d’aujourd’hui connaissent avec exactitude les périodes des transhumance, ce qui fait qu’ils avaient bien mené leur coup. Mais revenons à nos moutons, ceux en short. Et bien ils ont fait un truc super chouette, ils sont entrés en désordre sur le terrain, et j’ai adoré cette façon citoyenne de dire « Nous ne sommes pas deux équipes dans l’adversité, nous sommes avant tout des hommes égaux et des citoyens du monde ». Mais je crois que le public était un peu fasciste – comme quoi Libé a raison sur l’ampleur du fascisme en France – parce qu’il a pas du tout aimé cet hymne à la tolérance et au métissage, alors il a sifflé. Aux prochaines élections, la Droite n’aura pas ma voix ! Moi je dis le foot c’est de la citoyenneté à l’état pur !

Publicités