Je publiai récemment un article sur l’histoire du drapeau européen, que peu de gens connaissent. Une rapide recherche sur internet renseigne sur son histoire et sur la symbolique mariale que ses concepteurs ont voulu qu’il porte : la couronne de douze étoile de la Vierge Marie, sur un fond de couleur bleue, traditionnellement associée à cette très sainte personne.

Ce n’est donc un secret pour personne [pourvu de chercher deux minutes], ce n’est pas un scandale non plus ; que je sache, ce n’est pas grave d’avoir un étendart empreint de christianisme. Est-ce qu’on s’offusque des croix de saint Georges, de saint Patrick et de saint André qui figurent sur le drapeau britannique ?

Je me suis alors rendu sur la page officielle de l’Union Européenne >>>, où l’on explique le sens des différents emblêmes Européens. Et voilà ce qu’on apprend :

« Le drapeau européen est le symbole non seulement de l’Union européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large. Le cercle d’étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe.
Le nombre d’étoiles n’est pas lié au nombre d’États membres. Il y a douze étoiles, car ce chiffre est traditionnellement un symbole de perfection, de plénitude et d’unité. Ainsi, le drapeau reste le même, indépendamment des élargissements de l’Union européenne.
Histoire du drapeau : […] Le Conseil de l’Europe cherchait un symbole pour le représenter. Après maintes discussions, il a adopté le motif actuel : un cercle de douze étoiles dorées sur fond bleu. Dans différentes traditions, douze est un chiffre symbolique représentant la complétude. Il correspond aussi bien entendu au nombre de mois de l’année et au nombre d’heures sur le cadran d’une montre. Quant au cercle, il est entre autres un symbole d’unité. »

Voilà. L’organe officiel d’information de l’Europe surpris en flagrant délit de négationnisme. Le christianisme n’existe pas dans l’Histoire de l’Europe, même pas de façon archéologique. Pire que du déni de réalité, c’est carrément un mensonge qu’on nous raconte, enrobé dans un cabalistique baratin qui est à deux doigts de nous parler des douze signes de l’horoscope pour enterrer vite fait cette encombrante paternité.
Pour toute identité, je suis ravi d’apprendre que la mienne – puisque je suis européen – se résume à « la solidarité ». En somme, je suis un Homo Sovieticus. À peu de choses près.

Scandalisé par cette désinformation aussi officielle que délibérée, je me suis fendu d’un petit courrier à l’attention des guignols Européens. Voici la réponse que j’ai reçue :

« M. XXXX,
Je vous remercie de votre courrier électronique du 29 septembre 2008 concernant le drapeau européen.
D’abord je voudrais signaler que c’était le Conseil de l’Europe qui a adopté le cercle de douze étoiles le 8 décembre 1955.

Cet emblème a connu plusieurs interprétations, que ce soit sur le plan réligieux ou politique…
Pour citer Paul M. G. Levy, le premier directeur au service Information et Presse du Conseil de l’Europe, « Finalement chacun y trouve ce qu’il veut bien y mettre ».

Plus d’informations sur ces interprétations je vous prie de consulter l’oeuvre de Carole Lager « L’EUROPE EN QUÊTE DE SES SYMBOLES », ISBN 3-906751-71-6, ISSN 0944-22940944.

Salutations distinguées,

Xabier Atutxa
Commission européenne
Secrétariat général – E-1 Questions institutionnelles »

Advertisements