On recherche cette image de Djamel Bouras, judoka français, déclarant en recevant sa médaille olympique en 1996 : « Ce n’est pas la victoire d’un homme, c’est la victoire de l’islam ! »

Pendant que des millieurs d’heures de vanités télévisuelles sont numérisées et divulguées sur le net, certaines archives ont la fâcheuse tendance à rester au fond des cartons. Dommage, ce genre de petites phrases est terriblement croustillant.

Dans les années 80 et 90, quiconque parlait d’immigration était un facho. Car l’immigration n’existait pas, ce n’était qu’un fantasme de vieux con raciste. Aujourd’hui plus personne ne conteste la réalité de la vague migratoire, et c’est même devenu quelque chose de tout à fait admirable. En l’an 2000, c’est au tour de l’islamisation d’être un fantasme de vieux gricheux raciste. Tout cela n’existe pas, il n’y a que de la diversité et de la minorité. Mais gageons que tout le monde trouvera l’islam absolument admirable d’ici dix ans. Peut-être ressortira-t-on alors l’image de notre gentil judoka ?

Publicités