juin 2013


 

 

[Cliquez sur l'image pour agrandir]

Lignes GAV

 

En 2009 est sorti "Beats of freedom", un film documentaire qui raconte l’histoire des musiques rock et punk dans la Pologne soviétique. Un internaute a eu l’excellente idée de le mettre en ligne avec des sous-titres anglais (la voix off est en anglais aussi), aussi je le recommande à tous les amateurs d’histoire du rock et à tous les amateurs de communisme.

Mais surtout, je vous recommande le visionnage de deux minutes seulement du film, entre 1:02:30 et 1:04:30. Je vous explique brièvement le contexte pour comprendre de quoi il retourne :

Le pays est complètement verrouillé : magasins vides, misère, police politique omniprésente, répression très violente, médias aux ordres, opinion bâillonnée, vous connaissez le portrait du pays communiste typique. Bien. Nous sommes dans les années 80 en Pologne et ce n’est pas folichon du tout. Les disques de Canned Heat sont interdits au motif qu’ils "font la promotion de l’homosexualité", vous voyez le genre.

Dans ce climat, la contestation frontale ne mène nulle part, sinon au poste ou en prison quand ce n’est pas pire. La jeunesse trouve alors d’autres moyens pour dérouter la gigantesque paranoïa policière du régime : elle invente des manifestations humoristiques ou artistiques, inoffensives bien entendu, ayant pour seul but de prouver l’absurdité totale des motifs d’arrestation qui en résultent, et qui dévoilent bien entendu l’absurdité du système lui-même dans son entier.

Vous voyez où je veux en venir, bande de petits malins. Et vous avez raison.

Entre les motifs d’arrestation pour "port de sweat-shirt", l’incarcération ahurissante de Nicolas Bernard-Busse, et autres détachements de CRS armés jusqu’aux dents pour déloger les "veilleurs debout" de la place Vendôme et d’ailleurs, il se passe la même chose qu’en URSS.

Je vous laisse regarder ces deux minutes de documentaire. N’oubliez pas d’activer les sous-titres s’ils n’apparaissent pas automatiquement.

Bisous. Et vive le camarade Hollande, qui nous mène à la victoire.

La différence entre un socialiste et un chrétien, c’est que pour un chrétien la misère est un scandale alors que pour un socialiste la richesse est un scandale.

Street Press raconte le Dîner en Blanc 2013. Cliquez ici >>> pour le lire, et revenez me voir après. Si vous êtes pressé, lisez en diagonale, ça suffira. Le titre à lui-seul résume très bien l’article.

+++

On résume : si vous êtes élégant, riche, bien élevé, que vous préférez le raffinement à la vulgarité, le fait-maison au surgelé industriel, le chic à la banalité, le courtois au braillard, le champagne au Banga, vous êtes coupable.

Coupable de quoi ? Vous êtes coupable-tout-court. Je vous rappelle que nous vivons en Égalie, et tout signe extérieur d’excellence est une insulte à l’égalité des citoyens. Votre élégance est suspecte, votre richesse est un manque de partage, votre éducation est un privilège, votre raffinement un snobisme, votre fait-maison est réactionnaire, votre chic m’as-tu-vu et old-régime, votre courtoisie hypocrite, votre champagne une provocation à la face de toute la misère du monde que Marianne s’échine à soigner toute seule avec ses petits bras musclés.

Le Dîner en Blanc est chic et élitiste. Ce que le siècle n’admettra jamais, c’est qu’il est chic parce qu’il est élitiste. Et en Égalie, l’élite c’est très très mal. C’est le démon. L’excellence mérite un concert de sarcasme, assorti d’une pluie de crachats. Le propre de l’élitisme, c’est de n’offrir la jouissance de certaines réalités matérielles et immatérielles qu’à certains. C’est insupportable.

Nous vivons dans le culte frénétique du pour-tous. Théâtre pour tous, cinéma pour tous, musique pour tous, baccalauréat pour tous, piscine pour tous, sport pour tous, accessibilité pour tous, diplôme pour tous, salaire pour tous, vacances pour tous, et, dernière trouvaille, le mariage pour tous.

Si le baccalauréat n’est pas "pour tous", il ne sert à rien. Si les musées ne sont pas "pour tous", ils ne servent à rien. Alors on fait entrer tout le monde dans la catégorie "bachelier", et on fait entrer tout le monde dans les musées. Personne n’a constaté un accroissement de la connaissance du grec et du latin parmi la population désormais bachelière à 99%, et personne n’a constaté un envol massif de l’audimat d’Arte depuis qu’on entre dans les musées et les opéras comme dans des moulins. Qu’importe. Il faut des masses populaires dans la Cité Interdite. Il faut du populo dans les salons de Versailles. Ouvrez les royaumes et crevez les plafonds.

En Égalie, puisque les citoyens naissent égaux et sans le moindre privilège, suivent la même Éducation Nationale, et que la Solidarité Nationale centralise toute la richesse pour la redistribuer équitablement, il apparaît évident que tout ce que vous avez en plus est présumé volé à autrui. Vous êtes plus riche que les autres ? C’est autant d’argent que l’autre n’a pas, il est évident que c’est le fruit de la ruse ou de la fraude anti-égalitaire. Sanction. Impôt. Vous êtes plus cultivé que les autres ? Vous avez été un sale fayot à l’école. Vos parents vous ont réservé une éducation de salaud de riche dans une institution privée. Vous avez commis le crime suprême de fuir le peuple. Enculé.

En fait, vous savez quoi ? Il importe peu que le Dîner en Blanc soit élitiste, classe et crypto-aristo. Il importe surtout que tout ce qui est beau soit sali. Que tout ce qui est noble soit insulté. Que tout ce qui est civilisé soit piétiné. Que tout ce qui dépasse soit un chef d’accusation préliminaire au seul traitement que réserve Marianne à ses mauvais enfants de la patrie : la guillotine.

Le Dîner en Blanc n’est pas Divers, le Dîner en Blanc n’est pas pour-tous, le Dîner en Blanc n’est pas multiculturel, le Dîner en Blanc n’est pas subventionné, il faut vomir sur le Dîner en Blanc. Le vomi est meilleur que le petit four, parce que le vomi, comme la merde, comme la mort, est parfaitement et irréductiblement égalitaire, et c’est ici-bas le Paraclet républicain.

La différence c’est l’inégalité, l’inégalité c’est l’injustice, l’injustice c’est le crime. Couic.

Je tiens à préciser que ces vidéos ne sont en aucun cas des sketches ou des parodies. Ce sont des projets très sérieux.

 

Ça fait 40 ans que tout le monde accuse la télévision d’être une machine à sidérer les esprits, à endormir les intelligences, à laver les cerveaux, à mentir sur tout et à transformer les hommes libres en légumes, à aliéner les gens au Grand Divertissement et à la Propagande, à instiller les ordres du Kapital (chaînes privées) ou du Gouvernement (chaînes publiques).
Et le jour où enfin la télévision n’émet plus, ça crie à la confiscation de la Démocratie et au crime contre l’Information Qui Est Un Droit De L’Homme.

Non mais allô quoi.

Free your mind kill your tv

En 2010, Saez dévoile la photo promotionnelle de son nouvel album. Elle est censurée par l’ARPP.

saez_j_accuse

Il s’en explique dans le magazine Phosphore en mai 2010 :
"Elle n’est ni obscène, ni sexuelle (c’est juste un nu), mais la mise en scène gêne. Cette photo choque, car elle reflète une idée que les gens refusent de regarder en face : la société d’aujourd’hui veut que l’individu, et particulièrement la femme, soit réduit à un bout de viande dans un caddy. Tout individu qui naît sur Terre est aujourd’hui pris en otage par la société de consommation. On ne peut accoucher aujourd’hui que d’un objet de consommation : voilà ce que je dénonce. Cette image fait miroir, donc elle fait mal. Qui a envie de se regarder dans la glace quand ça fait mal ? Pourtant, cela pousse à la réflexion."

Question :
Dans un contexte moderne, comment peut-on sereinement mener un combat pour la dignité humaine quand l’anticapitalisme justifie ce que la lutte contre l’homophobie condamne ? Vous avez quatre heures. Bon courage.

Pour ma part, je propose la réponse suivante en image :

JAccuseGPAsmall

Iconographie glanée sur les sites antifa : battes de baseball, flingues, kalash, baston et mythologie stalinienne. Ce qui nous pousse vers la conclusion suivante : même l’antifascisme est fasciste.

 antifimage0-2011-06-08-05-45-14--0000 sticker_guignol_antifa_tou-publikstalin-gnwpANTIFA_CHASSEURS_DE_SKINS18 20120509180138-50868c12 Sans titre2UTF2

"Dans certains cas on a peine à comprendre le mécanisme psychologique qui a déterminé la localisation du trouble sur les oreilles. Une jeune fille de vingt ans, qui a déjà eu toutes sortes d’accidents hystériques, mais qui, habitant la campagne, n’a jamais entendu parler de ces troubles bizarres de la perception, fut un soir effrayée, pendant l’époque de ses règles, par un mauvais plaisant déguisé en fantôme; elle eut à ce moment des tremblements, des secousses, des cris. On put la calmer et la coucher et elle dormit tranquillement; mais le lendemain elle se réveilla absolument sourde des deux côtés. Cette surdité a duré quinze jours et n’a cédé qu’à un traitement hypnotique. Enfin il est facile de concevoir que, dans quelques cas, la surdité peut s’associer avec le mutisme que nous avons déjà étudié et déterminer des formes plus ou moins graves de surdi- mutité hystérique."

Le locked-in syndrome est un état neurologique rare dans lequel l’individu est éveillé et totalement conscient — il voit tout, il entend tout — mais ne peut ni bouger ni parler, en raison d’une paralysie complète excepté le mouvement des paupières et parfois des yeux. Les facultés cognitives du sujet sont intactes, d’où le nom de syndrome d’enfermement.

Ces jours-ci, on reparle des abeilles, de l’enjeu écologique majeur qu’elles représentent pour l’équilibre de la biodiversité. On s’inquiète du risque prochain de leur disparition, qui serait un désastre à grande échelle. On évoque le grand danger des pesticides et des insecticides. Des pétitions circulent sur internet. La problématique est très sérieuse.

Je suis extrêmement surpris du tour que prend cette affaire, car j’ai un souvenir très net de la façon dont le sujet fut traité dans les médias et sur les blogs quand, en 2004, Philippe de Villiers avait tiré la sonnette d’alarme. Exemple avec un journal connu pour sa probité et la grande rigueur de ses analyses :

Libé en 2004 :
"Pour «ressusciter», le vicomte vendéen a surtout eu besoin des abeilles. Depuis 1997, le président du conseil général de Vendée a flairé «l’incroyable parabole», comme il dit. Son combat pour les abeilles, c’est celui contre «l’agrochimie», c’est le pot de miel contre le pot de fer, le bien contre le mal. Et sa leçon : «Lorsqu’il n’y a plus d’Etat national, il reste les multinationales.» Nous y voilà : Villiers mène bien une campagne. Non candidat aux régionales, il conduit déjà la bagarre d’après : les européennes de juin où son parti (le Mouvement pour la France) sera présent dans huit «grandes régions» hexagonales. Avec l’antienne connue : la lutte pour la préservation du souverainisme, la France éternelle et immuable plutôt que sa dilution dans un ensemble à vingt-cinq Etats."
Source >>>

Les abeilles, un combat pathétique et secondaire, une cause de politicien intéressé, un attrape-gogo de populiste ringard dont on raille le nom qui fait un peu trop Old Régime ("vicomte", Lol !), un enculage de mouche de régionaliste à la masse qui resurgit comme un pantin à la faveur d’une élection, une paranoïa de croisé illuminé lancé seul contre "les multinationales" et "l’agrochimie". Notez les guillemets du journaliste. Et je vous passe tout ce qu’on a lu sur les sites d’info, les blogs et les forums qui allait massivement dans le même sens.

Tadaaaaaa ! Libé en 2013 :
"Une victoire pour les défenseurs des abeilles : trois insecticides toxiques pour les butineuses seront interdits d’utilisation dans l’Union européenne pendant deux ans, à compter de décembre. A l’issue d’un vote serré, et soumis à de fortes pressions de l’industrie et des lobbys agricoles, la Commission européenne a décidé de suspendre le clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame, néonicotinoïdes présents dans des pesticides fabriqués par l’allemand Bayer ou le suisse Syngenta (Cruiser OSR). «Les abeilles sont vitales pour notre écosystème et elles doivent être protégées, d’autant qu’elles apportent une contribution annuelle de 22 milliards d’euros à l’agriculture européenne», a rappelé le commissaire en charge du dossier, Tonio Borg."
Source >>>

Je vous laisse conclure, je risque d’être grossier.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 353 autres abonnés