mars 2011


Ces derniers jours, suite aux catastrophes japonaises, j’ai croisé plusieurs personnes dans la rue arborant à la boutonnière un petit drapeau japonais. J’imagine que c’est une façon d’exhiber sa piété humanitaire, d’exposer sa foi en la communion universelle des pensées solidaires, d’afficher que l’on croit en la vertu de l’amitié télépathique contre la méchanceté du monde, ce genre de choses. Comme quoi, hein, on n’évacuera jamais le surnaturel et la re-ligion, même au cœur du plus aride et du plus citoyenniste des positivismes. Mais bon, quitte à porter sur soi un signe qui convoque le triomphe éternel de la vie sur la mort et la victoire de l’espérance sur la fatalité, autant investir dans l’achat d’un petit crucifix. Au moins on ne se ment pas sur la nature profonde de notre envie de voir le monde sauvé du mal…

République Démocratique du Congo, République Populaire de Chine, Républiques islamiques d’Iran, de Mauritanie ou du Pakistan, République populaire démocratique de Corée, République algérienne démocratique et populaire, feues les Républiques socialistes soviétiques et autres République populaire du Kampuchéa ; les exemples ne manquent pas pour illustrer la grande diversité d’expression de l’étendart républicain.
Alors qu’on ne vienne pas me demander si l’islam est compatible avec les valeurs de la république. Bien sûr qu’il l’est. C’est même à ça qu’on reconnaît la république : elle est compatible avec tout ce qui passe à sa portée. On a les valeurs qu’on peut.

Interro surprise à l’attention de tous nos amis de gauche, jeunes et vieux :

I. Les copains d’abord

1. Qu’est-ce que le Radeau de la Méduse ? Pourquoi est-il célèbre ? Expliquez le sens du mot "Méduse".
2. À quoi l’expression "Fluctuat nec mergitur" fait-elle référence ? Traduisez.
3. Que signifie "franco de port" ?
4. Qui sont Castor et Pollux ? Racontez leur histoire.
5. Expliquez brièvement ce que sont Sodome et Gomorrhe.
6. Situez Montaigne et La Boétie dans l’Histoire de France et des Arts.
7. Définissez le sens du mot "litanie".
8. Exposez en quelques mots ce qu’est l’Évangile.
9. Citez le credo, ou au moins ses grands principes.
10. Citez le confiteor, ou au moins ses grands principes.
11. Pourquoi Trafalgar est-il célèbre ?
12. Que signifie "prendre le quart" ?
13. Que signifient les initiales "S.O.S", et expliquez leur usage.
14. Expliquez ce qu’est un sémaphore.
15. Expliquez la présence du mot "lapin" dans la sixième strophe.

II. Supplique pour être enterré à la plage de Sète

1. Définissez le mot "Camarde".
2. Qu’est-ce qu’un codicille ?
3. Situez le golfe du Lion.
4. Définissez le mot "tabellion".
5. Qui est Gavroche ?
6. Qui est Mimi Pinson ?
7. Qu’est-ce qu’un titi ?
8. Qu’est-ce qu’une grisette ?
9. Qu’est-ce qu’un "sleeping" ?
10. Qui est Neptune ?
11. Situez Paul Valéry.
12. Distinguez le mistral de la tramontane.
13. Définissez le mot "villanelle".
14. Que sont le fandango, la tarentelle, la sardane ?
15. Qu’est-ce qu’une ondine ?

III. La non-demande en mariage

1. Qui est Cupidon ?
2. Expliquez le sens de "prisonniers sur paroles".
3. Que signifie l’expression "maîtresse-queux" ?
4. Qui est Vénus ? Quel rapport l’unit à Cupidon ?
5. Qu’est-ce qu’une lèchefrite ?
6. Expliquez qui est Mélusine. Quel est son secret ?
7. À quoi fait référence la "pomme défendue" ?

Si, et seulement si, vous savez répondre à toutes ces questions sans le recours d’un dictionnaire ou d’un moteur de recherche, vous avez le droit de vous revendiquer de Brassens.

Leçon n°1 : comment faire passer l’exhibition de son nombril pour de l’altruisme sympa. 
 
Zaz – Je veux
 
"Donnez-MOI une suite au Ritz, JE n’en veux pas !
Des bijoux de chez Chanel, JE n’en veux pas !
Donnez-MOI une limousine, J’en ferais quoi ?
Offrez-MOI du personnel, J‘en ferais quoi ?
Un manoir a Neufchatel, ce n’est pas pour MOI.
Offrez-MOI la Tour Eiffel, j’en ferais quoi ?
 
JE VEUX d’l’amour, d’la joie, de la bonne humeur
Ce n’est pas votre argent qui fera MON bonheur,
MOI J’VEUX crever la main sur le coeur
Allons ensemble découvrir MA liberté, oubliez donc tous vos clichés
Bienvenue dans MA réalité.
 
J’en ai marre de vos bonnes manières, c’est trop pour MOI !
MOI JE mange avec les mains et JE suis comme ça !
JE parle fort et JE suis franche, excusez-MOI !
Finie l’hypocrisie MOI JE me casse de là !
J‘en ai marre des langues de bois !
Regardez-MOI, toute manière JE vous en veux pas
et JE suis comme çaaaaaaa (JE suis comme çaaa) papalapapapala
 
JE VEUX d’l’amour, d’la joie, de la bonne humeur
Ce n’est pas votre argent qui fera MON bonheur,
MOI J’VEUX crever la main sur le coeur
Allons ensemble découvrir MA liberté, oubliez donc tous vos clichés
Bienvenue dans MA réalité."
 
+++
 
Leçon n°2 : comment éclipser sa médiocrité par la gloire d’être-ce-qu’on-est.
 
Ben l’oncle soul – Soul man
 
"J’ai pas le regard de Spike Lee / J‘ai pas le génie de De Vinci
J‘ai pas les pieds sur terre / La patience de MA banquière
J‘ai pas ces choses-là

J’ai pas la sagesse de Gandhi / L’assurance de Mohamed Ali
J‘ai pas l’âme d’un gangster / La bonté de l’Abbé Pierre
Ni l’aura de Guevara

Je ne suis qu’un soul man écoute ça baby
Je suis pas un superman loin de là
Juste moi, mes délires
Je n’ai rien d’autre à offrir
Mais je sais qu’en vrai c’est déjà ça

J’ai pas le physique des magazines / J‘ai pas l’humour de Charlie Chaplin
J‘ai pas la science infuse / Le savoir-faire de Bocuse
Non je n’ai pas ces choses-là

J‘ai pas la chance de Neil Armstrong / J‘ai pas la carrure de King Kong
Plusieurs cordes à mon arc / La ferveur de Rosa Parks
Ni le courage de Mandela

Je ne suis qu’un soul man écoute ça baby
Je suis pas un superman loin de là
Juste moi, mes délires
Je n’ai rien d’autre à offrir
Mais je sais qu’en vrai c’est déjà ça

Moi j‘aurais aimé être comme eux / Être hors du commun
J‘ai bien essayé / J‘ai fait de mon mieux
Mais quoi que je fasse / À la fin
Je ne suis qu’un soul man écoute ça baby
Je suis pas un superman loin de là
Juste moi, mes délires
Je n’ai rien d’autre à offrir
Mais je sais qu’en vrai c’est déjà ça"

Le MoisiBlog, votre partenaire fromage, votre complice aux ferments lactiques, votre instant plaisir au lait cru, votre histoire d’amour entre tradition et modernité, votre saveur authentique avec seulement 45% de matière grasse, votre secret minceur et gourmandise, votre cœur tendre et affiné sous une écorce délicieusement dorée, votre atout calcium pour bien grandir, votre pause gastronomique alliant douceur et caractère, votre retour aux sources des plaisirs vrais, votre émotion terroir à la pause déjeuner, votre plateau de choix à prix sympa, votre secret du bonheur à table pour les petits et les grands, votre caprice tendre et fruité, le MoisiBlog, donc –  il s’y connaît – vous enjoint à fuir les rayonnages des supermarchés pour acheter vos frometons, surtout s’ils vous proposent du P’tit Louis. Pourquoi le P’tit Louis ? Parce que le P’tit Louis, en sus de se vautrer dans la camelote d’usine aseptisée, se commet en ce moment dans une honteuse collaboration en participant à un Grand Programme de Délation Citoyenne placé sous le patronnage de Notre Mère la Terre [génuflexion].

Je cite :

"Bien grandir, c’est d’abord bien manger ! Pour P’tit Louis c’est aussi s’engager pour aider les autres et préserver la planète. P’tit Louis s’engage à être un partenaire responsable du bon développement des enfants, grâce à sa gamme de spécialités fromagères spécialement conçue pour eux."

[...bla bla bla...] Je vous épargne le bullshit et j’en viens au fait :

"P’tit Louis souhaite éveiller les enfants au monde qui les entoure. C’est pourquoi, en 2009 la marque est devenue partenaire de l’association Petits Princes et qu’elle propose aux enfants de s’amuser autour du thème de l’environnement en leur proposant de relever sur chaque coque P’tit Louis « Les Z’éco défis »."

Concrètement, les "Z’écos défis" – merci pour l’infantilisation du langage et la régression intellectuelle – ça donne ces petits effets de communication ludiques et sympas, invitant les enfants à dénoncer et punir les citoyens déviants :

"Donne un gage à ceux qui se trompent de poubelle"

Non mais ho ! P’tit con, va ! Monte dans ta chambre pour finir tes devoirs ! On en reparlera quand tu sauras écrire français autrement qu’en langage SMS, sale morveux ! Graine de gestapiste ! Apprenti tchékiste ! Pol Pot à roulettes ! Chair à Stasi ! Donner un gage à ceux qui se trompent de poubelle ! M’en vais t’en faire tâter, de la rééducation citoyenne à l’ancienne méthode ! Je vais t’en montrer, moi, des gages par moins quarante degrés ! Je vais t’en montrer, des poubelles citoyennes grandes comme des clairières où l’on joue au tri sélectif biodégradable ! Ah tu veux de la délation, t’en auras ! Ah tu veux des gages, flicaillon ! Ah tu veux faire filer droit le paradis bio ! Je vais t’en montrer des uniformes verts ! Et en plus ce serait aux enfants d’élever leurs parents et de leur apprendre la vie ?

Allez donc chez un vrai fromager, et ne jurez que par le lait cru artisanal ! Non mais !

Source >>>

[Merci à Madame Plus pour la photo]

Comme on connaît tous par cœur les Dubliners, qu’on a trop écouté les Pogues, qu’on n’en peut plus des Chieftains, et que les Corrs c’est vraiment de la soupe FM, je vous propose quelques chansonnettes revigorantes pour faire la fête, et qui nous viennent… d’Amérique.

No Use For A Name n’est absolument pas irlandais, mais il a, au cours de ses albums, manifesté plusieurs hommages à la musique irlandaise que ses membres affectionnent beaucoup. Ce Fairytale Of New York reprend le grand succès des Pogues avec punch et facétie.

Dave King, authentique irlandais, a trouvé à Los Angeles une joyeuse bande de punks pour accorder le folklore tradi avec les ceintures à clous en fondant le réjouissant Flogging Molly.
[Mon conseil : à voir en concert si vous voulez perdre quelques kilos tout en passant un incroyable moment.]

Quant aux Dropkick Murphys, ils nous viennent de la communauté irlandaise de Boston et perpétuent une certaine folk électrifiée au service d’un répertoire entraînant et volontiers nourri de chansons à boire, d’airs traditionnels, mais aussi de streetpunk dans lequel ils ont baigné dans leur jeunesse.



Je découvre via Woland cet article ahurissant >>>, relatant le déchaînement de violence des musulmans contre les coptes qui se déroule en Égypte, et que je vous recommande de lire en entier.

"Le père de la femme musulmane a été tué par son cousin parce qu’il n’a pas tué sa fille pour préserver l’honneur de la famille, ce qui a amené le frère de la femme à venger la mort de son père en tuant son cousin. Les villageois musulmans accusèrent les chrétiens…" etc., et le tout se termine par le saccage et l’incendie de deux églises au mileu des "Allahu Akbar".

Au-delà de l’aspect terriblement tribal de ces archaïques histoires d’honneur vengés dans le sang familial [amateurs de contrées pittoresques aux mœurs authentiques, vous savez où vous rendre pour quitter les sentiers battus], il convient, une fois encore, de redire cette incompatibilité fondamentale entre l’islam et le christianisme :

Chez les musulmans, on peut tout à fait pratiquer le crime d’honneur ; chez les chrétiens, il n’y a aucun honneur à commettre un crime, quel qu’il soit.

Mais, dans un souci citoyen de ne blesser aucune conviction et de n’offenser aucune croyance, je précise bien que toutes les cultures se valent et que toutes les religions sont assises sur la loi de l’amour du prochain, bien entendu.

Merci à l’amiral Woland >>>

Désolé pour le retard.

– Ah ouais mais nan, on peut pas comparer le nazisme au communisme, tu vois. Le communisme, à la base, c’est un beau projet, qui se veut universel, tu vois. Le partage des richesses, la paix entre les peuples, la lutte contre les inégalités, tout ça, quoi. Alors que le nazisme, contrairement au communisme, est un projet raciste, basé sur l’exclusion, la haine de l’autre, notamment du Juif. Ça n’a rien à voir, tu vois.

"Le génocide perpétré par les Soviétiques en Pologne a commencé en 1918-1938, et il s’est poursuivi de 1939 à 1941, puis de 1942 à 1956, atteignant en près de quarante ans plus de deux millions et demi de personnes, dont peut-être quelques centaines de milliers de Polonais juifs ou d’origine juive, morts pour le "crime de nationalité" (1) polonaise, y compris dans le cas de communistes et de socialistes polonais internationalistes, notamment entre 1934 et 1938 en URSS, ou pour leur patriotisme polonais antisoviétique ou anticommuniste. Des officiers polonais juifs (de religion juive) ou bien catholiques d’origine juive, morts à Katyn et en d’autres lieux de supplices en Union soviétique sont morts victimes du génocide polonais et non victimes du génocide juif ; comme du côté nazi, des époux chrétiens de Polonais juifs ou de juifs polonais sont parfois morts victimes du génocide juif et non du génocide polonais.
(1) Définition extraite d’un décret de V. I. Lénine, daté de 1919."
Source >>>

Rhaaa si ça vous colle pas le frisson, c’est vraiment que vous avez un cœur de pierre.

La République, ça consiste à démolir Moïse et Jésus-Christ, pour aussitôt constituer des milliers et des milliers de cadres contre les dérives.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 351 followers