Ce soir à Lyon, une floppée d’artistes présenteront un spectacle à la fois humoristique et citoyen, intitulé "Rire contre le racisme". Notre équipe a décidé de suivre quatre personnes du public, avant et après la représentation. Nous nous rencontrons Place des Terreaux pour faire connaissance.

Kévin, 19 ans, apprenti plombier :
-Je trouve formidable ce genre d’initiative. En tant que raciste convaincu, j’attends beaucoup de ce spectacle. Je pense que ce sera l’occasion pour moi de sortir enfin de mon racisme, de comprendre qu’avec le rire on peut finalement accepter beaucoup plus facilement la différence des autres. Je connais le talent de Cyril Hanouna, qui parraine cette soirée, je le crois capable de faire de moi un antiraciste.

Julien, 23 ans, étudiant en Histoire :
-Moi aussi, comme Kévin, j’attends beaucoup de cette soirée. En voyant l’affiche, j’ai tout de suite compris que l’intérêt de la soirée n’était pas de prêcher les convaincus, mais d’appeler à une mobilisation de tous, antiracistes, mais aussi racistes. Sinon ça ne sert à rien. C’est donc au titre de raciste que je serai présent ce soir, pour prouver qu’on peut sortir de son racisme grâce à l’humour. Mais je reste lucide : si le talent des humoristes n’est pas à la hauteur, s’ils cherchent à offenser mes croyances ou à me tourner en ridicule, je risque de me braquer, de me mettre à les huer, et finalement de rentrer chez moi aussi raciste qu’avant, voire davantage. Je suis donc moins optimiste que Kévin.

Marcel, 89 ans, retraité :
-Israélites, mahométans, iroquois, nègres, ou ce que vous voulez, tout ça c’est la même soupe. Mais comme je ne suis pas non plus un vieux con – j’ai fait l’Algérie, monsieur – je compte bien aller voir ce que racontent ces petits jeunes. Après, raciste ou pas, ce qui compte c’est de rigoler. J’espère simplement qu’il y aura du bon vin et du saucisson, sans quoi ce n’est pas une bonne soirée.

Julie, 36 ans, assistante sociale en banlieue :
-Si je vais à cette soirée, c’est à la fois à titre personnel et professionnel. Comme Kévin et Julien, je suis raciste et espère que cette soirée d’humour et de citoyenneté saura m’ouvrir aux autres, comme autrefois. Oui, je précise que je ne suis pas raciste depuis toujours, mais seulement depuis une dizaine d’années où mon métier m’a conduit à côtoyer des personnes d’origine étrangère en banlieue. Bien sûr, mon métier est d’aider des familles défavorisées, mais je ne peux m’empêcher de trouver leurs coutumes détestables et leur mode de vie révoltant. C’est pourquoi je compte renouer avec l’esprit de tolérance qui m’avait toujours animé auparavant, afin de mieux accepter le quotidien de ma professsion, et croire de nouveau aux vertus du vivre-ensemble. Je compte sur cette soirée pour me débarrasser des préjugés, des stéréotypes et des a-priori que j’ai accumulé pendant dix ans. Et puis j’adore rire ! [rires]

Rire contre le racisme, ce soir à Lyon.
Avec la participation du groupe Casino ["Nourrir un monde de diversité"], SOS-Racisme, la Ville de Lyon, la Région Rhône-Alpes, le Département du Rhône, l’UEJF, la Fnac, Radio Scoop, dans le cadre du festival Tout l’monde dehors.

 Rire contre le racisme Lyon2009

About these ads