Juste un petit mot pour souligner un point que peu de gens ont relevé dans le dernier OSS117.

Je tiens en effet à saluer le soin infini qui a été porté à l’élaboration des décors, ambiances d’intérieur, mobiliers, choix architecturaux et urbanistiques. C’est absolument parfait ! Les lampes, les canapés, les tapisseries, les tables basses, les maisons, les immeubles, les bureaux, les hôtels, les cadrages sur les skylines, les couleurs, les textures,… , tout est choisi avec une extrême finesse, tout est mis en scène avec une connaissance encyclopédique et pointilleuse, et le résultat est aussi irréprochable que sûr de goût. Je n’ai pas eu le temps d’enregistrer tout le catalogue qui y passe, mais le seul hommage à l’esthétique Niemeyer, discret et éclairé, est vraiment bien tapé – même si Niemeyer est une indécrottable canaille communiste, athée et rousseauiste, à la solde de tous les progressismes mondialistes.

De façon générale, la facture du film est une réussite flamboyante. Les nuits américaines, les costumes, la musique originale, le grain de la photographie sont vraiment stupéfiants. Donc, un grand bravo, parce que la subtilité n’est pas ce qu’il y a de plus courant dans le cinéma français.

casadascanoas

La Casa das canoas qu’on aperçoit dans le film, dessinée par l’architecte brésilien Niemeyer.

About these ads