Dans la boutique Optic Conglomérat International on vous propose de jolis modèles de lunettes. Oui, mais chez Gérard Dugenou Opticien ils ont aussi de jolis modèles en rayon. Comment départager les services offerts par les deux enseignes ?

Le choix est simple : chez Optic Conglomérat International vous avez été accueilli par un vendeur à cravate moche dans un décor franchisé étudié par une boîte de marketing à la con, et c’est une star de la variété qui en fait la pub à la télé ; alors que chez Gérard Dugenou, vous avez été accueilli dans un décor chic et sobre par la fille du patron, laquelle ressemble à une top-model ukrainienne habillée par le Comptoir des Cotonniers [ou par Tara Jarmon], et dont la politesse est exquise.

Chez Optic Conglomérat International, on vous fourre de force vos lunettes sur le nez, on vous écrase le cartilage et on vous griffe les oreilles. Et vous êtes obligés de repasser derrière le vendeur pour remettre vos lunettes en bonne place. Svetlana Dugenoutovskaïa – car c’est sans doute son nom–, elle, vous les tendra du bout des doigts pour que vous puissiez vous-mêmes les poser et les ajuster de la façon la plus confortable !

Chez Optic Conglomérat International, on vous demandera toutes vos coordonnées personnelles pour créer une "fiche client" dans l’intranet de la multinationale. Vous aurez des étiquettes avec des codes-barres, des points-cadeaux à cumuler, des offres spéciales valables sur tous les modèles dotés d’une pastille rouge, vous recevrez des newsletters et des offres exclusives pour la Saint-Valentin dans la limite des stocks disponibles et dans les magasins participant à l’opération – l’horreur. Chez Irina Dugenouïevska – car c’est sans doute son nom –, on ne vous demandera que votre carte bleue ou votre chéquier, et vous raccompagnera vers la porte avec une courtoisie exemplaire.

Vous achèterez vos lunettes chez Olga Dugenouchenko – car c’est sans doute son nom –, et recommanderez l’adresse à vos amis. Tant pis si vous payez un peu plus cher, la défense de la civilisation n’a pas de prix.

+++

Tenez, pourquoi croyez-vous que je me fais coiffer et tailler la barbe par Nathalie rue de la Bourse, plutôt que par Kévina de chez Hair Mondial Holding© qui officie dans le quartier piétonnier entre un Marionnaud, un H&M, un Naturisme & Découverte et un Zara ? Parce que Nathalie est belle comme le jour, qu’elle fait un boulot impeccable, qu’elle ne fait pas poireauter ses clients au son d’ Europe 2, et que sa boutique n’est pas aménagée selon les codes d’une charte graphique commune à tous les Hair Mondial Holding© ! En sus, vous pouvez être certain que Nathalie n’arborera pas ces décolorations de mèches compliquées et affreuses que Kévina prend un malin plaisir à harmoniser avec ses kilos de maquillage pour se trouver chic.

+++

J’adore acheter ma viande sur le Quai Saint-Antoine, dans cette caravane verte et blanche dont j’ai oublié le nom, mais dont je n’ai pas oublié la marchande ! Elle est gentille comme tout, elle a un sourire merveilleux sur une bouille ravissante, elle a toujours un mot d’esprit plein de retenue et d’élégance. Ses fromages sont délicieux, ses côtes de porc sont fondantes, son pâté de campagne est absolument exquis. Oui, c’est un peu plus cher, mais quel délice de commercer avec des gens comme ça ! Son confrère d’en face – qui vend les meilleurs fromages du monde – est tout aussi beau et charmant, même si un étrange voile de mélancolie passe toujours au fond de ses yeux bleu-gris. Alors bon, vous ne me ferez plus avaler les steaks trop mous ou trop durs du MarchéPrix, pas plus que les infâmes fromages industriels sous plastiques que la pub nous vend à grands renforts d’authenticité photoshopée à mort. Oui, c’est sans doute un peu plus cher au marché Saint-Antoine, mais il faut savoir faire honneur au savoir-faire des artisans, au plaisir de la vie, et aux bouteilles de derrière les fagots.

+++

Les marchandes de fleurs de la Place de la République sont très gentilles, mais celles qui bossent à côté du Sofitel font mieux : certes elles ont beaucoup moins de choix, mais la sélection est toujours d’un goût irréprochable, et elles savent vous faire un somptueux feu d’artifice avec trois pétales et demi ! Place de la République, elles ont des gros doigts, des doudounes affreuses et des tabliers verts super moches. À côté du Sofitel elles ont un tablier noir super classe et des mains de fées. D’ailleurs c’est bien simple, de toute évidence elles n’ont pas été recrutées sur CV mais sur le podium d’un défilé de mode. Okay c’est plus cher, mais vous payez les services d’un personnel courtois, élégant, soigné et soigneux ! Vous comprendrez que je préfère largement faire le détour par le Sofitel…

+++

Tenez, je vous avais raconté une fois pourquoi je n’aimais pas le cinéma Pathé : une fois qu’on vous a fait entrer dans la salle par le hall plein de moquettes et d’escalators qui brillent, vous êtes priés de foutre le camp après la séance par un escalier de secours minuscule et dégueulasse [suivez les panneaux lumineux verts "Issue de secours"], et vous finissez par vous retrouver dans la petite rue sombre derrière le cinoche ! Trop sympa ! Préférez un autre endroit, une salle où personne ne vous fera chier avec ses exhalaisons envahissantes de pop-corn et son intolérable boucan de sachets-fraîcheur froissés ; et où vous aurez le droit de repasser par le hall pour sortir ! On n’est pas du bétail, putain !

+++

Discriminez, bordel ! Le monde civilisé a besoin de vous pour éradiquer l’idéologie du fluo ! À dossier égal, préférez les gens beaux, bien habillés, bien coiffés et bien élevés ! Jugez à la tête du client ! Soyez emplis de préjugés et fiez-vous à votre première impression ! Postez un videur intolérant à la porte d’entrée de votre ciboulot ! Fuyez les gens qui portent un sweat à capuche sous leur veste pour avoir l’air cool ! Fuyez les hommes à cravates roses, les gominés à gourmettes, les pétasses à escarpins plaqués or, les connasses cramées aux UV !  Contrôlez au faciès, nom de Dieu ! N’ouvrez pas de compte en banque chez un gars qui porte une cravate Droopy ! Ne remettez plus les pieds dans les endroits cool où l’on vous tutoie vulgairement comme des gens cool ! Le jour où un service privé offrira les mêmes prestations que La Poste, vous y courrez pour échapper aux cohortes fonctionnaires habillées comme des sacs à patates ! Discriminez, que je vous dis !

About these ads