Lu dans le journal LyonPlus du 3 février 2009.
Page 18 : Spectacles.

« HÉROS MODERNE
Le metteur en scène Philippe Adrien a trouvé dans l’actualité sociale la plus récente la matière pour réactualiser un classique du XVIIe : son adaptation du Don Quichotte de Cervantès reprend la bannière portée par l’association « Les enfants de Don Quichotte » via des images de Sans Domicile Fixe projetées en fond de scène pendant toute la pièce. Il a aussi confié le rôle principal à Bruno Netter, un comédien aveugle chargé d’incarner ce héros spécialiste des causes perdues.
Demain à 20h30 au Toboggan de Décines. »

Il y a encore des gens qui savent écrire et prononcer « Moderne » sans s’écrouler de rire. C’est admirable. Et ces gens veulent encore plus de moderne, croyez-moi. Ils aiment ça. Sincèrement. Le site web du théâtre nous apprend qu’à la fin de la représentation, une rencontre avec les artistes est organisée. Haha, je vois déjà les imbéciles sourire béatement et prendre des airs de contrition citoyenne. « Ces visages de SDF, qu’ils sont beaux ! » « Oui, mais en même temps il ne faut pas oublier que ce sont des nécessiteux avant tout. » « Oui, ils manquent de pouvoir d’achat. Mais que fait Sarkozy ? » « Alors comme ça vous êtes aveugle, c’est incroyable ! » « Quelle audace, mais en même temps quel engagement citoyen ! » « Je trouve formidable qu’on puisse rencontrer les acteurs après la pièce, ça rend vraiment le théâââtre plus humain, plus social, il y a un vrai contact des gens, tu vois, j’veux dire c’est pas de l’art déconnecté du réel, tu vois. »
Putain, c’est triste un Moderne. Pauvre Cervantès, recyclé en héraut du citoyennisme festivo-antifachiste.

Forte récompense à qui me trouve un moyen de visionner en ligne le sketch « MD Productions » de M. Manatane [Poelvoorde] !!!

About these ads