août 2008


Les taxes étant trop élevées en France, le Parti Communiste ruiné est obligé de devenir propriétaire et de mettre ses locaux en location. En un sens, il s’approprie son outil de travail. Aura-t-il l’indignité de faire expulser les mauvais payeurs ou les squatteurs sans papiers qui voudront profiter des lieux mis à disposition ?

Il faut lire l’excellente prose de ChicType >>>.

L’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud suscitent, paraît-il, la réprobation de "l’Occident". Naïvement, je croyais que ce même "Occident" s’en réjouirait, en vertu de ce fameux droit des peuples à disposer d’eux-mêmes qui scintille sur la bannière des Droits de l’Homme.

Hier, dans un couloir de métro. Devant moi, le malheureux homme claudique. Il se tient sur une béquille, mais ses jambes difformes l’obligent à se contorsionner à chaque pas qu’il fait. Vaille que vaille, en dépit de son sort, il marche. Sur son T-shirt, on lit : Loto – À qui le tour ?

On recherche cette image de Djamel Bouras, judoka français, déclarant en recevant sa médaille olympique en 1996 : "Ce n’est pas la victoire d’un homme, c’est la victoire de l’islam !"

Pendant que des millieurs d’heures de vanités télévisuelles sont numérisées et divulguées sur le net, certaines archives ont la fâcheuse tendance à rester au fond des cartons. Dommage, ce genre de petites phrases est terriblement croustillant.

Dans les années 80 et 90, quiconque parlait d’immigration était un facho. Car l’immigration n’existait pas, ce n’était qu’un fantasme de vieux con raciste. Aujourd’hui plus personne ne conteste la réalité de la vague migratoire, et c’est même devenu quelque chose de tout à fait admirable. En l’an 2000, c’est au tour de l’islamisation d’être un fantasme de vieux gricheux raciste. Tout cela n’existe pas, il n’y a que de la diversité et de la minorité. Mais gageons que tout le monde trouvera l’islam absolument admirable d’ici dix ans. Peut-être ressortira-t-on alors l’image de notre gentil judoka ?

Ai pris le train pour Nantes. Ai vu le joyeux carnage d’un marchand de mètres carrés au cœur d’un antique château. Le sombre con voulait parfaire son œuvre résidentiel d’un élégant pourtour d’asphalte. On pouvait donc faire pire.

Ai pris le train pour Vannes. Ai poliment dit "bonjour monsieur" à un monsieur qui entrait dans une église. Comment pouvais-je deviner qu’avec ses vêtements de fonctionnaires et sa guitare sur le dos il allait célébrer la messe, et qu’il fallait dire "bonjour mon père" ? Messe navrante, mais on m’oblige.

Ai pris le train pour Paris. Ai découvert la devanture d’une échoppe de fripes dans la capitale de la mode : le voile islamique est à l’honneur. Les p’tites femmes de Paris, tout ça.

Ai pris l’avion à Beauvais. L’aéroport est bourré de post-adolescents en ponchos alter-trucs qui "font l’Italie" ou qui "font Stockholm". M’envole pour Porto entouré de sollicitations consuméristes toutes plus délirantes les unes que les autres. On fait rimer "fly" avec "buy", on est prié de trouver cela sympa.

Tout de même, la Casa da Musica est remarquable, ne boudons pas notre plaisir. Bâtiment livré avec deux ans de retard, paraît-il ; ce qui prouve qu’on fait vite ou qu’on fait bien, mais qu’on ne peut décemment pas faire les deux à la fois. Incontestablement, tout va trop vite.

Ai pris le métro. Ai pris le bus. Ai pris la voiture. On repeint l’arrière-pays aux frais du fonds régional européen pour le développement des régions. L’occasion de vous enjoindre à oublier vos moribonds états-nations, et à bien retenir la notion de régions ; c’est la seule entité géopolitique qui compte désormais.

Le Portugal possède une salutaire et relative pauvreté, voilà qui le sauve d’une défiguration normative prématurée.

Ai pris la voiture pour la délicieuse Salamanca. La médiévale cité prouve par l’exemple le plus flamboyant qu’un centre-ville peut parfaitement se passer de ces sacro-saints espaces verts modernes. La qualité de vie et la charte environnementale à coup de chlorophylle, c’est du flan. Salamanca n’offre que des rues minérales et des places sans le moindre géranium, c’est un ravissement absolu.

À la frontière, la hauteur de la taxe française fait converger les automobilistes vers les pompes à essence espagnoles avant de franchir les douanes. L’occasion de constater la nature du chassé-croisé des vacances : fatmas en babouches dans des camionnettes surchargées, néofrançais patibulaires en survêtements. Ça baragouine le sabir blédaro-neuftroisien entre les immatriculations banlieusardes garées n’importe comment. Bienvenue en France.

Au choix, la version légendaire des Ramones[1], ou la version plus destroy des Distillers[2].

 
[1] On est prié de faire honneur au camarade Artemus en prononçant Ramonèss.
[2] Faut-il encore vous rappeler que Brody Dalle est à Fromageplus ce qu’Adriana Lima est au Grand Charles ?

Page suivante »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 353 autres abonnés